BFMTV

"Ségur" de la santé: Olivier Véran répondra la semaine prochaine aux "attentes" qui demeurent

Olivier Véran, ministre de la Santé, ce lundi 13 juillet à Paris.

Olivier Véran, ministre de la Santé, ce lundi 13 juillet à Paris. - RAPHAEL LAFARGUE

Le ministre de la Santé a indiqué, ce mardi, qu'il annoncerait de nouvelles mesures "non salariales" pour l'hôpital la semaine prochaine, alors que les soignants ne décolèrent pas et dénoncent les accords conclus lors du "Ségur".

Les personnels de santé ont "encore des attentes", malgré les revalorisations salariales annoncées lors du "Ségur", a reconnu mardi Olivier Véran, qui a promis d'y répondre la semaine prochaine par de nouvelles mesures "non salariales", notamment sur l'"organisation de l'hôpital".

Après la signature des accords salariaux lundi, "un temps d'explication est nécessaire", a souligné le ministre de la Santé, à l'issue d'une visite au Samu de l'hôpital Henri-Mondor de Créteil dans le Val-de-Marne.

Des manifestations dans plusieurs villes

"J'ai vu qu'il y avait encore des attentes de la part des équipes, des infirmières, des aides-soignantes, qui portent non pas sur la revalorisation des salaires mais sur l'organisation de l'hôpital, les lits, le personnel, l'organisation du travail, la formation", a-t-il énuméré

"Toutes ces questions trouveront leurs réponses en début de semaine prochaine, lorsque j'aurai l'occasion d'annoncer toutes les autres mesures, non salariales cette fois-ci, qui font partie de ces accords du 'Ségur' de la santé", a ajouté Olivier Véran, soulignant que les récentes annonces ne devaient pas être considérées comme un "solde de toute compte".

Interrogé sur les manifestations organisées mardi, à Paris et en régions, pour dénoncer les insuffisances du "Ségur" face aux besoins de l'hôpital public, le ministre a estimé que la mobilisation était moindre que lors des derniers mois.

En outre, l'accord "a été signé avec des syndicats représentatifs", ce qui n'était "pas arrivé depuis des années", a-t-il fait valoir. "Ça ne veut pas dire que tout le monde est forcément d'accord, (mais) que les avancées ont été reconnues par la majorité des personnes qui représentent le personnel", a commenté Olivier Véran.

Les accords de Ségur signés lundi

Les "accords de Ségur", portant sur une enveloppe de 8,1 milliards d'euros, prévoient une hausse minimum de salaire de 183 euros net pour l'ensemble des personnels hospitaliers paramédicaux (infirmiers, aides-soignants) et non-médiaux (agents techniques et administratifs).

Ils intègrent en plus une révision des grilles de salaires pour certains métiers, de l'ordre de 35 euros net mensuels en moyenne, et de nouvelles majorations pour les heures supplémentaires, le travail de nuit, du dimanche et des jours fériés.

Après la conclusion de ces accords, "il faut du temps" pour que chacun puisse en "appréhender, lire, découvrir" les détails, a estimé Olivier Véran.

"Les Français sont comme St Thomas, ils croient ce qu'ils voient, ils ont raison. Je leur dis: ayez confiance, dans quelques mois vous verrez qu'en bas de votre feuille de paye les promesses seront devenues des engagements concrets", a-t-il ajouté.

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV