BFMTV

Salon de l'agriculture: un passage obligé pour les politiques

François Hollande au Salon de l'agriculture en février 2014.

François Hollande au Salon de l'agriculture en février 2014. - Alain Jocard - AFP

Alors que le Salon de l'agriculture ouvre ses portes samedi à Paris, tous les ténors de la classe politique ont déjà inscrit l'événement à leur agenda. Le président de la République, les membres du gouvernement, Nicolas Sarkozy ou encore Marine Le Pen ont notamment cette année pour objectif de séduire le monde agricole, avant les élections départementales.

Dégustations et poignées de main, questions pertinentes sur les animaux et sur les produits… L'édition 2015 du Salon de l'agriculture va s'ouvrir pour la classe politique qui se retrouvera à la Porte de Versailles à Paris, pour rencontrer le monde paysan. Le plus ovationné dans les allées du Salon, en passionné sincère de l'exercice, restera pour longtemps Jacques Chirac. Avec des phrases comme "ce ne sont pas des bovins, c'est des chefs d'œuvre", l'ancien président de la République avait su séduire le monde agricole.

De Gaulle, Pompidou, Giscard d'Estaing... tous les présidents de la République en fonction s'y sont déplacés, à l'exception notable de François Mitterrand qui avait fait un passage au Salon de l'agriculture comme candidat en 1981, avant d'échapper au rendez-vous pendant les 14 ans de ses deux septennats.

François Hollande, lui, n'échappera pas à la tradition présidentielle en inaugurant samedi la 52e édition de la plus grande ferme du monde. L'actuel locataire de l'Elysée aime ce moment.

Chouchouter les agriculteurs

En 2013, le chef de l'Etat avait passé 10 heures à arpenter le Salon. Alors candidat à l'élection présidentielle en 2012, François Hollande avait même marqué l'histoire en effectuant la plus longue visite pour un homme politique, affichant près de 12 heures de déambulation au compteur. L'année dernière, en revanche, il n'y était resté "que" sept heures.

Afin de préparer au mieux ce rendez-vous sur le plan politique, le gouvernement a donné des gages aux agriculteurs dès jeudi matin, en annonçant une série de mesures destinées à soulager leurs difficultés. En pleine tempête sur la loi Macron, Manuel Valls avait même maintenu mardi son rendez-vous avec Xavier Beulin, le président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA).

La semaine agriculture de Nicolas Sarkozy 

Après l'ouverture du Salon au public, samedi, le défilé des politiques pourra débuter. A commencer par le ministre de l'Agriculture. Stéphane Le Foll accompagnera François Hollande lors de l'inauguration du salon, avant d'y revenir dimanche en compagnie cette fois-ci de Phil Hogan, le commissaire européen en charge de l'Agriculture. Le gouvernement sera également représenté par son Premier ministre, Manuel Valls qui se rendra porte de Versailles lundi 23 février. Une visite qui devrait s'effectuer en compagnie du premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis.

L'attention portée au monde agricole est la même du côté de l'opposition. Nicolas Sarkozy, qui s'était illustré en 2008 avec le fameux "Casse toi pauvre con" lancé dans les allées du salon, s'est même concocté une semaine spéciale agriculture. Le président de l'UMP s'est rendu jeudi dans une exploitation lors d'une visite en Saône-et-Loire, et se rendra porte de Versailles mercredi 25 février pour découvrir les 4.000 animaux exposés. 

L'ancien chef de l'Etat pourrait bien croiser sur son chemin la présidente du Front national: Marine Le Pen a prévu de venir à la rencontre des agriculteurs le même jour. Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale d'Europe-Ecologie-les-Verts, jeudi, Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF, vendredi, tous ont en ligne de mire les élections départementales. Car à un mois de ce scrutin, l'objectif sera de convaincre un électorat - généralement plus favorable à la droite - qui connaît un certain malaise, avec des revenus en berne pour toutes les productions, à l'exception des filières du lait et du vin. 

J.C.