BFMTV

Réforme pénale : Hollande confirme les peines de probation

François Hollande souhaite aussi éviter les "sorties sèches" sans accompagnement ni surveillance de prison.

François Hollande souhaite aussi éviter les "sorties sèches" sans accompagnement ni surveillance de prison. - -

François Hollande a arbitré pour les peines de probation, ces peines qui permettent d’éviter la prison pour les petits délits, a-t-il annoncé. Le sujet divisait Manuel Valls, opposé, et Christiane Taubira, partisane de l’idée.

François Hollande a tranché : la peine de probation fera bien son entrée dans la réforme pénale. Dans un entretien donné au quotidien Le Monde et publié ce vendredi, le président de la République affirme que « la loi introduira, pour certains délits, une peine nouvelle, que nous appellerons la contrainte pénale, permettant le contrôle du condamné sans incarcération ».
Le contenu de cette réforme a fait l'objet cet été d'une passe d'armes entre les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Manuel Valls et Christiane Taubira. La peine de probation, proposée en début d'année par la conférence de consensus sur la récidive et voulue par la ministre de la Justice, devrait se substituer à l'incarcération pour les personnes condamnées à des peines inférieures ou égales à cinq ans de prison.

-> La prison encourage-t-elle la récidive ?

La suppression des peines plancher validée

Le président confirme également la suppression dans la prochaine réforme pénale des « peines plancher », introduites en 2007, et sa volonté de mesures pour éviter les « sorties sèches » de prison « sans accompagnement, ni suivi, ni surveillance ».
Le projet de réforme pénale doit être examiné fin septembre ou début octobre au conseil des ministres.

M. Chaillot avec agences et Martin Bodrero