BFMTV

Quand Valls voulait "déverrouiller" les 35 heures

Manuel Valls en visite en Guadeloupe en tant que ministre de l'Intérieur, le 18 octobre 2013

Manuel Valls en visite en Guadeloupe en tant que ministre de l'Intérieur, le 18 octobre 2013 - Miguel Medina - AFP

Alors qu'il n'était que candidat à la primaire du PS, Manuel Valls avait affirmé que le système des 35 heures était "dépassé". De quoi inspirer Emmanuel Macron?

"Oui, nous devrons déverrouiller les 35 heures". Cette phrase, ce n'est pas le nouveau ministre de l'Economie Emmanuel Macron qui l'a prononcée, mais Manuel Valls. Nous sommes en janvier 2011, et le député-maire d'Evry est candidat à la primaire socialiste.

Et il n'hésite pas à le dire: pour lui, la réforme mise en place par Martine Aubry est "dépassée". "Je prône un dépassement des 35 heures, au nom même d'une augmentation des salaires, d'une augmentation du pouvoir d'achat", lance-t-il.

Valls recadré par Aubry

Une sortie que Martine Aubry, ancienne ministre du Travail de Lionel Jospin, avait peu apprécié. Elle était finalement sortie de son silence pour conseiller à Manuel Valls de "s'exprimer sur des sujets que l'on connaît". "On va envoyer des fiches et des notes à Manuel. Là, il doit travailler, potasser, réfléchir", avait-elle ajouté.

Mais une fois devenu Premier ministre, désigné pour appliquer la feuille de route de François Hollande, Manuel Valls avait préféré botter en touche plutôt que d'affronter un débat "confus". "Aujourd'hui, la priorité, c'est ne pas créer un débat confus sur le temps de travail", avait-il finalement affirmé, le 30 avril dernier.

Le débat, relancé mercredi par Emmanuel Macron, risque donc d'embarrasser Manuel Valls. Quoi que pense le Premier ministre de la réforme, Matignon a été obligé de préciser jeudi matin que le gouvernement "n'avait pas l'intention" de revenir sur les 35 heures.

https://twitter.com/ariane_k Ariane Kujawski Journaliste BFMTV