BFMTV

Quand Macron demande à Bayrou d'arrêter "d'emmerder" Philippe

Le maire MoDem de Pau François Bayrou quitte l'Elysée après une réunion de l'association des maires de France, le 21 novembre 2018.

Le maire MoDem de Pau François Bayrou quitte l'Elysée après une réunion de l'association des maires de France, le 21 novembre 2018. - Bertrand Guay - AFP

Déjà qualifié d'"emmerdeur" par Edouard Philippe fin novembre, le JDD rapporte que ce serait cette fois-ci le Président lui-même qui aurait dit à François Bayrou de mesurer ses commentaires à légard du Premier ministre...

Il y a à peine dix jours, le qualificatif de "fusible" suivait fidèlement Edouard Philippe, premier envoyé au front pour apaiser la crise des gilets jaunes. Dans Marianne, un proche du Premier ministre le voyait "à la place du mort de la Ve République".

Pourtant, après les annonces du chef de l'Etat sur le pouvoir d'achat et un affaiblissement progressif de la mobilisation des gilets jaunes - notamment à Paris ce samedi -, Edouard Philippe est toujours à la tête du gouvernement.

"Il est peut-être un mort-vivant, mais il n'est pas mort", philosophe un proche d'Emmanuel Macron dans le JDD ce dimanche. Dans l'hebdomadaire, on évoque désormais les élections européennes de mai 2019 comme date butoir pour son départ. Reste à savoir qui pourrait le remplacer.

François Bayrou? "Bayrou se lève tous les matins en se disant qu'il peut être Premier ministre", assure un proche du chef de l'Etat dans l'hebdomadaire, toujours sous couvert d'anonymat. "Mais Macron a dit à Bayrou qu'il fallait arrêter d'emmerder Philippe", tacle-t-il.

Déjà taxé "d'emmerdeur" par Philippe fin novembre

Fin novembre, le maire MoDem de Pau avait incité l'exécutif à "réfléchir" à la hausse des taxes sur les carburants et à "comprendre" que le mouvement des gilets jaunes était "révélateur d'une crise profonde de la société française". Une réflexion un brin prophétique, qui lui avait déjà valu d'être taxé "d'emmerdeur" par Edouard Philippe, selon les indiscrétions du Canard Enchaîné.

L'ancien garde des Sceaux n'est pas le seul évoqué pour prendre la relève. Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian? "Cuit" par des années en fonction pour un membre de la majorité cité par le JDD. Bernard Cazeneuve, ancien ministre de l'Intérieur? "Cazeneuve, c'est la loyauté incarnée et, pour lui, Macron reste celui qui a trahi Hollande", balaie un ancien socialiste.

L.A.