BFMTV

Plans sociaux post-Covid: Macron appelle les entreprises à ne pas faire preuve de "pur cynisme"

Emmanuel Macron le 1er octobre 2020 à Bruxelles

Emmanuel Macron le 1er octobre 2020 à Bruxelles - Francisco Seco © 2019 AFP

Lors d'un point presse à l'issue du sommet européen à Bruxelles, le chef de l'État a dénoncé les entreprises qui profitaient du contexte économique pour procéder à des "restructurations".

C'est un mot plutôt tabou qui a été lâché par Emmanuel Macron jeudi. Lors de son point presse à l'issue du sommet européen de Bruxelles, le chef de l'État a dénoncé les pratiques de certaines entreprises françaises, qui profitent de la crise économique découlant de l'épidémie de Covid-19 pour procéder à des plans de licenciements.

"Il y a des entreprises qui utilisent le contexte de la crise pour procéder à des restructurations qui n'ont pas grand-chose à voir avec celle-ci", a confirmé Emmanuel Macron, après avoir affirmé que le gouvernement se battait pour sauver les entreprises qui pouvaient l'être.

Concernant celles qui à l'inverse, jouent un jeu trouble, le président s'est montré ferme. "Dans ces cas-là - et c'est là encore une fois du cas par cas -, nous nous battons (...) pour d'une part dénoncer, mais exiger très clairement des contreparties, exiger des efforts, des accords au niveau de l'entreprise pour réengager le maintien de ces structures, et ne pas céder à ce que j'appellerai du pur cynisme."

"Standards parmi les plus élevés"

Depuis que le plan de relance économique de l'exécutif a été annoncé puis présenté dans le cadre du projet de loi de finances pour 2021, l'idée des "contreparties" demandées aux entreprises, en échange des aides de l'État, fait débat. Elles sont exigées par l'ensemble des syndicats et par l'opposition de gauche.

"Nous avons mis en place des plans de soutien historiques pour faire face aux impacts économiques du virus. Un dispositif de chômage partiel, des plans (...) d'aide à des filières, un fond pour sécuriser les plus petites structures, et des prêts garantis par l'État", a insisté Emmanuel Macron durant son point presse.

Évoquant les "milliards" d'euros mis sur la table pour la "relocalisation" de certaines "filières", le président de la République a déclaré que "tous les secteurs, tous les acteurs ont été soutenus de manière inédite par l'État français". "Nos standards sont parmi les plus élevés, si ce n'est les plus élevés d'Europe", estime-t-il.

Jules Pecnard Journaliste BFMTV