BFMTV

PCF: après la suspension d'un militant accusé de viol, les témoignages se multiplient

Le logo du Parti communiste Français. (Photo d'illustration)

Le logo du Parti communiste Français. (Photo d'illustration) - Lionel Bonaventure - AFP

Plusieurs jeunes femmes affirment avoir été victimes d'agressions sexuelles et de viols de la part de militants du parti d'extrême-gauche.

Lundi dernier, via un communiqué partagé sur les réseaux sociaux, le Parti communiste français (PCF) a annoncé la "suspension" d'un adhérent accusé de viol par une militante du Mouvement jeunes communistes de France (MJCF), lui demandant également de "démissionner" de son mandat de conseiller municipal de Blois (Loir-et-Cher).

Dans la foulée, le parti d'extrême-gauche a tenu à présenter ses excuses par l'intermédiaire d'Hélène Bidard. Cette élue communiste oeuvre à la mairie de Paris et est responsable de la commission féminisme-droits des femmes au sein du parti, qui a appelé les victimes à "saisir la justice".

Les victimes présumées entendues

La sanction prise lundi dernier semble être l'aboutissement de plusieurs enquêtes. Dès début 2018, Le Monde évoquait des soupçons touchant le Mouvement jeunes communistes de France (MJCF) et l'Union des étudiants communistes (UEC), dont certains membres étaient accusés d'agression sexuelles. Plus récemment, c'est l'Obs qui resserrait un peu plus l'étau en relayant le témoignage de deux militantes qui dénonçaient une agression sexuelle pour l'une, un viol pour l'autre. 

En ce qui concerne la suspension du militant suspecté, la décision a été prise après l'audition de l'une des victimes présumées lundi. La seconde devait être entendue le lendemain, toujours par la formation politique. 

Plus tôt dans l'année, à la tribune du dernier congrès du MJCF, le 27 janvier, deux coordinateurs nationaux avaient été nommément accusés par un groupe de militants de "protéger des agresseurs depuis plusieurs années en mettant systématiquement le blâme sur les victimes pour qu'elles quittent l'orga", relate L'Obs.

Témoignages à visage découvert

Ce mercredi, c'est le quotidien L'Humanité qui relaie à son tour le témoignage, à visage découvert cette fois-ci, de plusieurs victimes présumées. Au fil des entretiens, il apparaît qu'elles ont été esseulées dans leur combat et n'ont pas été écoutées. 

"Aujourd’hui, je voudrais d’abord qu’on me croie à la JC et au PC avant de porter plainte, j’ai besoin d’un environnement où je ne suis pas prise à partie", explique l'une d'entre elles. 

De son côté, une autre jeune femme décrit une scène glaçante, qui s'est déroulée lors d’une assemblée générale des Jeunes communistes. "Ça a été extrêmement violent, on a été insultés, attaqués, cinq d’entre nous ont été immédiatement exclus du PCF et de la JC. Moi je m’en suis sortie parce que j’étais vue comme une pauvre femme fragile et influençable, mais j’ai tout quitté quelques semaines plus tard." A cette période-là, son agresseur appartient toujours au parti. 

De son côté, le PCF, dans son communiqué de début de semaine, rappelle avoir mis en place à la suite de la vague #MeToo le dispositif "Stop violences", dont la saisine par courriel "garantit une réponse sous les huit jours dans le respect de l'anonymat, et la prise en charge par des référents formés au recueil de la parole des victimes".
Hugo Septier