BFMTV

Royal et Touraine interpellées par une ONG sur le diesel

Marisol Touraine ( à gauche sur l'image), ministre des Affaires sociales et de la Santé et Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie. (ici en décembre 2012)

Marisol Touraine ( à gauche sur l'image), ministre des Affaires sociales et de la Santé et Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie. (ici en décembre 2012) - -

Deux ONG, la fondation Nicolas Hulot et Réseau Action Climat, ont lancé une pétition à l'attention des deux femmes politiques pour que cesse le "scandale sanitaire" de l'utilisation du diesel.

"Je veux pouvoir respirer à pleins poumons sans m'empoisonner": la Fondation Nicolas Hulot (FNH) et le Réseau Action Climat (RAC) ont lancé mardi une pétition à l'attention de Marisol Touraine et Ségolène Royal pour en finir avec le diesel, "scandale sanitaire que personne ne prend en compte".

"Chaque année, des milliers de personnes meurent prématurément des maladies causées ou aggravées par le diesel. Tous les jours, des enfants suffoquent, souffrent d'asthme et d'allergies causées ou aggravées par le diesel", écrivent les ONG.

Dénonçant un "scandale sanitaire que personne ne prend en compte", la FNH et le RAC appellent les ministres de l'Ecologie et de la Santé à "débloquer l'argent nécessaire" pour développer "transports en commun, covoiturage de proximité et mobilités douces".

Demande d'une prime à la conversion de 1.500 euros pour les revenus modestes

La pétition demande également la mise en place d'une "prime à la conversion des vieux diesels d'au moins 1.500 euros pour les revenus modestes" et de "supprimer progressivement, à partir de 2015, l'avantage fiscal sur le diesel qui coûte 7 milliards d'euros à l'Etat chaque année".

Un temps évoquée, la possibilité de réduire cet avantage fiscal qui remonte aux années 60 a finalement été reportée sine die par le gouvernement.

Les ONG soulignent également le coût financier du diesel. "Chaque année, 7 milliards d'avantages fiscaux sont accordés aux utilisateurs de diesel. 7 milliards, c'est le chiffre du déficit de l'Assurance maladie en 2013. Ces maladies du diesel ont un coût pour la société. Ce que l'on économise à la pompe on le paie doublement: en santé et en impôts".

Dès qu'elle rassemblera 15.000 signatures, la pétition sera transmise aux deux ministres par Nicolas Hulot, indique sa fondation.

6 véhicules sur 10 sont des "diesel"

La part "diesel" de l'ensemble du parc automobile français était de 61,3% au 1er janvier 2013. Face aux critiques, les constructeurs mettent en avant les nouvelles normes qui amènent les moteurs à émettre de moins en moins de particules.

Néanmoins les modèles les plus polluants, ceux d'avant 2000, représentaient encore environ 12% du parc en circulation en 2012, et l'installation de certains filtres à particules, associés à un catalyseur, a entraîné une hausse des émissions d'oxyde d'azote (NO2), qui "induit des effets toxiques sur le système respiratoire", alertait en 2009 l'Agence française de sécurité sanitaire (Anses).

D. N. avec AFP