BFMTV

Mariage homo : le projet de loi adopté à l'Assemblée nationale

L'Assemblée national a adopté ce mardi le projet de loi instituant le mariage homosexuel.

L'Assemblée national a adopté ce mardi le projet de loi instituant le mariage homosexuel. - -

Le texte a été adopté par 329 voix contre 229 vers 17 heures, ce mardi.

L'Assemblée nationale a adopté mardi, en première lecture, le projet de loi sur le mariage homosexuel, première réforme sociétale d'importance de la majorité socialiste depuis l'élection de François Hollande, par 329 voix contre 229. Le vote est intervenu vers 17h, après dix jours d'une bataille parlementaire intense menée par une poignée de députés UMP.

Selon nos informations, Dominique Tian et Jean-Louis Borloo avaient chacun donné une délégation de vote qui n'aurait pas été respectée. Ainsi, Dominique Tian a fait savoir que son vote "pour" ne reflétait pas son intention réelle, tandis qu'à l'inverse, Jean-Louis-Borloo informe que son vote "contre" ne reflétait pas, non plus, sa volonté.

>> Retrouvez notre dossier sur le mariage homosexuel

A droite et à gauche, des abstentions et des votes dissidents

• Détail du vote à droite

Selon l'UMP Hervé Mariton, très actif pendant les débats, deux députés de son parti ont voté pour, un troisième l'ayant fait, "par erreur". Il ajoute que "moins d'une douzaine se sont abstenus". En réalité, ils sont cinq à s'être abstenus dans les rangs de l'UMP : Nicole Ameline, Nathalie Kosciusko-Morizet, Pierre Lellouche, Bruno Le Maire et Edouard Philippe. Tous avaient déjà annoncé ce choix, avant le vote

Selon l'UMP Frank Riester, seul Benoît Apparu et lui-même ont voté pour le texte.

>> A lire aussi - "Un texte historique" pour Frank Riester

A l'UDI, quatre ont voté pour : Philippe Gomes, Yves Jégo, Sonia Lagarde et Jean-Christophe Lagarde, auxquels il faut ajouter Jean-Louis Borloo qui a voté par erreur contre, mais a ensuite fait savoir sur l'analyse officielle du vote qu'il avait voulu voter pour.

• Détail du vote à gauche

Si la majorité de gauche à très largement approuvé cette adoption, quatre députés membres du groupe socialiste ou apparentés ont voté contre : Bernadette Laclais, Jérôme Lambert, Patrick Lebreton et Gabrielle Louis-Carabin.

Cinq se sont abstenus: Ibrahim Aboubacar, Marie-François Bechtel, Jean-Luc Laurent, Jean-Philipe Mallé et Dominique Potier.

Taubira remercie les députés

A l'issue du vote, Christiane Taubira a remercié les députés et le gouvernement. Plus tôt dans la journée, le Premier ministre avait également rendu un hommage similaire.

"Merci à vous monsieur le président de l’Assemblée nationale. Merci à tous pour ces jours et ces nuits passés ensemble, pour ces sourires, pour ces rires, pour ces confrontations aussi, convictions contre convictions", a insisté la ministre de la Justice.

Elle a enchaîné en rappelant que ce texte ne pourra pas supprimer les jeux amoureux, ni chez les hétérosexuels, ni chez les homosexuels. Puis dans un style poétique qui est devenu sa marque de fabrique, elle s’est adressée aux hommes : "Il restera toujours beaucoup de femmes pour vous regarder messieurs, vous observer, pour essayer de percevoir derrière vos carapaces la tendresse qui parfois vous habite."

>> A lire aussi - Mariage homo : Taubira adresse ses remerciements à l’Assemblée

Un vote sous haute tension

Les tensions ont perduré jusqu'aux derniers instants avant le vote final. Ce mardi, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, a traité d'"abrutis" des députés de l'opposition qui quittaient l'hémicycle en guise de protestation.

Les passes d'armes ont été nombreuses entre la ministre de la Justice Christiane Taubira et les députés de l'opposition. On se souviendra notamment de celles l'ayant opposée à Christian Jacob et à David Douillet.

Après l'Assemblée, le Sénat

Le projet de loi ouvrant le droit au mariage et à l'adoption pour les couples homosexuels sera examiné au Sénat à partir du 2 avril, a annoncé mardi le ministre des Relations avec le Parlement Alain Vidalies.

"Nous avons convenu de proposer que l'examen du texte commence à partir du mardi 2 avril sous réserve de l'accord de la Conférence des présidents" (au Sénat), a déclaré à la presse le ministre à l'issue de la réunion hebdomadaire du groupe PS du Sénat. La date du 18 mars avait été précédemment évoquée mais le gouvernement a choisi le 2 avril, "compte tenu des délais nécessaires pour finaliser les auditions et surtout rédiger le rapport", selon Alain Vidalies.

>> A lire aussi - Mariage homo : vote à l'Assemblée et après ?

BFMTV avec AFP