BFMTV

La grève à la SNCF s'invite à l'Assemblée

Marc Le Fur, Xavier Breton et Philippe Gosselin ont fait entrer la grève SNCF dans les débats sur la loi famille.

Marc Le Fur, Xavier Breton et Philippe Gosselin ont fait entrer la grève SNCF dans les débats sur la loi famille. - -

L'examen du projet de loi sur l'autorité parentale a repris lundi à l'Assemblée nationale dans un hémicycle désertique. Plusieurs députés UMP en ont profité pour imputer cette faible fréquentation à la grève contre la réforme ferroviaire.

Philippe Gosselin, Marc Le Fur, Frédéric Poisson, Xavier Breton, Hervé Mariton… Si les députés UMP assidus sur les questions touchant à la famille étaient présents lundi après-midi pour la reprise de l'examen du projet de loi sur l'autorité parentale, ils débattaient dans un hémicycle désertique. Seule une vingtaine de parlementaires étaient présents sur les divers bancs en milieu d'après-midi.

Toujours prompts à dénoncer les conditions d'examen de ce texte, certains d'entre eux ont d'emblée critiqué une organisation des discussions "dans la précipitation" et "un peu à la dernière minute", à laquelle s'ajoute la grève à la SNCF qui complique encore plus la présence des députés.

Plaintes et ironies

"Nous n'avions pas d'accueil privilégié dans les gares avec 'jeune député se rendant à l'Assemblée'", a regretté en premier le principal orateur de l'UMP sur la proposition de loi: Philippe Gosselin.

Marc Le Fur lui a emboîté le pas en dénonçant une "proposition de loi qui relève d'un amateurisme surprenant, jusque dans l'organisation de nos travaux"; le député UMP des Côtes-d'Armor décrivant "un pays à l'arrêt".

En raison de "la grève des trains, j'ai dû partir à 7h30 depuis Bourg-en-Bresse", s'est plaint à son tour Xavier Breton (Ain).

Philippe Gosselin a ironisé plus tard sur l'arrivée du président de la commission des Lois et député du Finistère Jean-Jacques Urvoas (PS): "Nous sommes ravis que vous ayez aussi réussi à passer à travers les grèves de la SNCF. C'est réjouissant de voir que la Bretagne peut rejoindre aussi rapidement Paris. Toutes les régions de France et de Navarre n'ont pas cette chance".

Une fin prochaine?

Arrêtés par surprise dans la nuit du 21 au 22 mai après le vote d'à peine la moitié des articles, les débats ont donc repris ce lundi 16 juin. Ils devraient s'achever très tard dans la nuit, sauf si certains élus UMP tentent d'obtenir un nouveau report du texte en les faisant durer.

"J'avais dit que le texte reviendrait vite devant l'Assemblée nationale, c'est ce qui se passe. J'espère qu'entretemps l'opposition sera redevenue raisonnable. Si on travaille de manière constructive et non obstructive, on devrait terminer cette nuit" a déclaré dans les couloirs, la secrétaire d'Etat à la famille Laurence Rossignol.

Encore au programme: 361 amendements, qui ont été déposés pour l'essentiel par l'UMP et seront défendus surtout par des membres de l'Entente parlementaire pour la famille.

Karine Lambin