BFMTV

Face au coronavirus, l'Assemblée nationale renforce ses mesures de sécurité

Quatre nouveaux cas potentiels "ont effectué un signalement et sont actuellement pris en charge par les services de santé en vue d'un dépistage", indique la présidence du Palais-Bourbon.

Au lendemain de l'annonce de deux cas du nouveau coronavirus à l'Assemblée nationale, quatre autres personnes vont faire l'objet d'un dépistage, a indiqué ce vendredi la présidence de l'institution, qui a encore renforcé son dispositif de sécurité. 

Ces quatre nouveaux cas potentiels "ont effectué un signalement et sont actuellement pris en charge par les services de santé en vue d'un dépistage", indique dans un communiqué la présidence.

Il a été demandé à ce que les personnels "qui auraient pu être en contact avec des cas déclarés" puissent télétravailler, les présidents de groupes politiques et les députés étant appelés à faire de même pour leurs collaborateurs.

Restaurants désinfectés

L'Assemblée nationale avait fait état jeudi soir de deux cas de contamination: le député LR Jean-Luc Reitzer, en "réanimation", et un salarié qui travaillait à la buvette des députés. S'y ajoutait un autre cas suspect d'un salarié, travaillant au restaurant des députés, "hospitalisé".

Dans son communiqué, la présidence souligne que l'interruption des travaux du 9 au 22 mars, pour les élections municipales, fait que "le nombre de personnes sur site sera fortement réduit".

Mais l'institution renforce les mesures de précaution: les visites de groupes et les colloques prévus dans la période de trêve seront reportés, alors que ce vendredi matin, des scolaires déambulaient encore dans les couloirs du Palais-Bourbon. 

Les restaurants de l'Assemblée resteront fermés et vont "faire l'objet de désinfections". La présidence a également indiqué que l'Agence Régionale de Santé (ARS) d'Île-de-France débuterait une enquête épidémiologique vendredi après-midi. 
Jules Pecnard avec AFP