BFMTV

En 2009, Valls boycottait l'Assemblée et Copé fulminait

L'hémicyle se l'Assemblée nationale est habituée aux chaises vides mais moins aux boycotts. Ici Manuel Valls mardi 25 févirer.

L'hémicyle se l'Assemblée nationale est habituée aux chaises vides mais moins aux boycotts. Ici Manuel Valls mardi 25 févirer. - -

VIDEOS - Le groupe UMP devrait boycotter les questions au gouvernement mercredi alors que Jean-François Copé trouvait cette pratique "désolante" et "ridicule" en 2009. Manuel Valls estime aujourd'hui qu'il ne faut "jamais boycotter" alors qu'il l'a déjà fait…

Les bancs de l'Assemblée nationale sont régulièrement clairsemés lors des séances tardives mais rarement pendant les questions au gouvernement, l'occasion pour les députés d'apparaître à la télévision. Une exception devait avoir lieu mercredi dans l'hémicycle droit, le groupe UMP appelant au boycott des questions au gouverment mercredi après-midi.

"Il ne faut jamais boycotter", exhorte Manuel Valls mercredi matin qui appelle la droite à "se ressaisir". "Je pense sincèrement que les questions au gouvernement sont des moments de vie démocratiques essentiels", renchérit Najat Vallaud-Belkacem.

Retour en 2009

A première vue, mercredi, le gouvernement semble avoir la mémoire courte et oublier que le premier groupe à avoir boycotté l'Assemblée nationale était … le groupe socialiste en 2009. A l'époque, les députés socialistes, Manuel Valls en tête, avaient boudé les séances des 21, 27 et 28 janvier 2009, rappelle Europe 1.

Mais en réalité Najat Vallaud-Belkacem s'en souvient très bien puisqu'elle a rappelé mercredi lors de son compte-rendu des ministres la position de Jean-François Copé en 2009:

Copé trouvait cette pratique du boycott "désolante"

En 2009, Jean-François Copé qui était président du groupe UMP trouvait effectivement cette politique de la "chaise vide" "choquante":

En rappelant les contradictions de l'UMP, Najat Vallaud-Belkacem met en exergue celles de la majorité. Résultat: balle au centre.

Pour rappel, les seules obligations de présence des députés concernent les travaux des commissions permanentes le mercredi matin et la participation au vote solennel. Les questions au gouvernement ne sont pas concernées.

Karine Lambin