BFMTV

À l'Assemblée, Mélenchon a voté pour la loi Pacte... par erreur

jean-Luc Mélenchon et François Ruffin à l'Assemblée nationale, le 22 mai 2018

jean-Luc Mélenchon et François Ruffin à l'Assemblée nationale, le 22 mai 2018 - GERARD JULIEN / AFP

Le projet de loi défendu par Bruno Le Maire, qui prévoit entre autres la privatisation d'Aéroports de Paris, a recueilli 147 voix favorables, dont celle du leader de La France insoumise, qui a appuyé sur le mauvais bouton par inadvertance. Il n'est pas le premier à le faire.

Jean-Luc Mélenchon marche dans les pas de Henri Guaino. À l'instar de l'ex-député Les Républicains lors de l'adoption du mariage pour tous en 2013, le chef de file de La France insoumise a voté favorablement à un texte dont il a été l'un des principaux pourfendeurs. 

Ce jeudi à l'Assemblée nationale, lors du scrutin portant sur l'ensemble du projet de loi Pacte, porté par Bruno Le Maire et qui prévoit, entre autres, la privatisation d'Aéroports de Paris, Jean-Luc Mélenchon a fait une bourde. Au lieu de voter, comme il aurait souhaité, "contre" l'adoption définitive de ce texte, le député des Bouches-du-Rhône a grossi les rangs des "pour". Au total, 147 élus du palais Bourbon ont donc officiellement soutenu le projet de loi, contre 50 qui s'y sont opposés. 

Pas le seul insoumis égaré

Comme l'ont souligné plusieurs médias, dont Le Parisien, il s'agissait bien évidemment d'une "erreur technique", le tribun de la gauche radicale n'ayant pas changé d'avis en 24 heures. Et puis, Jean-Luc Mélenchon n'est pas le seul insoumis à s'être emmêlé les pinceaux: un autre député LFI, Loïc Prud'homme, n'a pas su voter contre.

La privatisation d'ADP fait l'objet d'une procédure de référendum d'initiative partagée, lancée par 250 parlementaires, dont ceux de La France insoumise. Une manœuvre dont le ministre Bruno Le Maire, durant la séance houleuse qui a précédé le vote, a estimé qu'elle faisait "le jeu des populismes". 

Jules Pecnard avec AFP