BFMTV

"On se fait chier", "on ne sert à rien": à mi-mandat, certains députés ont le blues et ne le cachent plus

L'Assemblée nationale - Image d'illustration

L'Assemblée nationale - Image d'illustration - Lionel Bonaventure - AFP

Nombreux sont les élus à avouer leur ennui dans l'hémicycle et leur souhait de plus peser dans le débat parlementaire.

Alors que s'amorce la deuxième partie du quinquennat d'Emmanuel Macron, également appelée Acte II, de nombreux députés font part de leur déception, la faute à une marge de manoeuvre restreinte, alors que d'autres ont su tirer leur épingle du jeu. "On ne sert à rien", "on s'emmerde", ont même glissé certains de ces élus.

C'est avant tout dans l'opposition qu'il semble difficile d'exister. Certains arrivaient pourtant la fleur au fusil en 2017: "On nous avait présenté LaREM comme un groupe de gens très ouverts, du 'nouveau monde'. Mais on se rend compte qu'ils ne veulent faire aucun compromis", égratigne Pierre Cordier (apparenté LR), qui assure cependant ne pas avoir le "blues" et jouer son rôle de "contrôle" en commission.

Depuis la crise des gilets jaunes et le grand débat national, la volonté affichée par la majorité de mieux tenir compte des oppositions n'a que peu d'effets.

L'adoption mi-octobre d'une proposition de loi des Républicains en faveur du bracelet antirapprochement pour les conjoints violents fait figure d'exception. Les "marcheurs" ont été pris de court, en plein Grenelle des violences conjugales.

Dans la même veine, très peu d'amendements de la droite ou de la gauche sont retenus, malgré leur nombre souvent record sur les textes de loi. 

"On se fait chier!"

Ainsi, sur le budget qui occupe presque tout l'automne, "on ne sert à rien" et "c'est désespérant", a lâché la cheffe de file des députés PS Valérie Rabault sur Public Sénat. Son groupe préfère désormais "mener des actions plus locales" autour de ses propositions, par exemple sur l'hôpital en crise.

Temps fort au Palais Bourbon, la séance des questions au gouvernement dans leur nouvelle formule - uniquement le mardi et non plus en deux temps - ne satisfait pas davantage. 

Le temps de parole a été pourtant accru pour les oppositions, et un "droit de réplique" créé. Mais la séance, sur plus de deux heures, est perçue comme trop longue. "On se fait chier!", balaie une collaboratrice.

Cette attachée parlementaire se dit "nostalgique des coups politiques" des précédentes législatures. 

Les "marcheurs" se montrent moins souvent "godillots" qu'au début, mais Stella Dupont, de l'aile gauche, reconnaît qu'"on n'est pas toujours assez ferme, pas suffisamment exigeant parfois" à l'égard de l'exécutif, plus "expérimenté."

Au bazooka

Sa collègue LaREM Perrine Goulet, engagée pour la protection de l'enfance, a aussi l'impression "de devoir se battre constamment pour être entendue" et voudrait que le gouvernement "écoute plus les élus des territoires."

Certains députés ont cependant trouvé comment utiliser la caisse de résonance du Parlement. 

La jeune garde LR, cette dizaine d'élus arrivés en 2017, est très présente en séance et attaque au bazooka. L'un d'eux, Aurélien Pradié, 33 ans, vient d'être promu secrétaire général de son parti. 

A l'autre bout de l'hémicycle aussi, les Insoumis, qui ne sont que 17 emmenés par Jean-Luc Mélenchon, usent des réseaux sociaux pour mettre en lumière leurs interventions à coup de formules chocs ou "happenings."

Interrogations

Réduits à une trentaine et n'ayant plus la main, les socialistes semblent eux ne pas encore avoir digéré le bouleversement de 2017.

"Le PS est assez éteint. Il y a des bosseurs et des gens remarquables, mais on ne les entend pas. Ils ne font pas le buzz comme les Insoumis", juge un ex-socialiste passé chez LaREM.

Leur porte-parole Boris Vallaud, ex-conseiller de François Hollande à l'Elysée, confie une "interrogation" sur son rôle, compte tenu de la faiblesse "institutionnelle" du Parlement français par rapport à l'Allemagne ou l'Angleterre.

"Est-ce que l'activisme des ONG comme Oxfam, Human Rights Watch ou Bloom sur la pêche électrique n'est pas plus efficace? Est-ce que (l'économiste à succès Thomas) Piketty n'apporte pas plus?"

Pour les déçus du Parlement, les municipales de mars seraient-elles la voie de sortie idéale ? Au moins une quarantaine de députés seront candidats: une vingtaine chez LaREM, une dizaine chez LR, six ou sept au Modem, quatre au PS et un communiste. 

L'Alsacien Laurent Furst (LR), qui a épinglé dans Le Parisien un Parlement "décoratif", rêve par exemple de retrouver son siège de maire à Molsheim.

H.S. avec AFP