BFMTV

Municipales : le Front national confirme son soutien à Robert Ménard

Robert Ménard a récemment pris la tête du comité de soutien à des militants de ‘Génération identitaire’, poursuivis pour avoir occupé le chantier de la mosquée de Poitiers en octobre 2012.

Robert Ménard a récemment pris la tête du comité de soutien à des militants de ‘Génération identitaire’, poursuivis pour avoir occupé le chantier de la mosquée de Poitiers en octobre 2012. - -

Le Front national a officiellement confirmé vendredi son soutien à l'ancien patron de Reporters sans frontières, Robert Ménard, pour les municipales à Béziers en 2014, a annoncé Marine Le Pen.

C’est officiel. Marine Le Pen, présidente du Front national, a confirmé vendredi son soutien à Robert Ménard pour être tête de liste aux municipales à Béziers en mars 2014.
Le journaliste et ancien patron de Reporters sans frontières (RSF) avait lui-même déclaré ce soutien jeudi sur son site internet de campagne, mais il devait être finalisé par la commission d'investiture du Front national, au siège du parti à Nanterre. Marine Le Pen a de nouveau affirmé que « compte tenu du poids du FN » à Béziers (25% à la présidentielle de 2012), « il y aura sur la liste un nombre significatif de candidats FN ou Rassemblement Bleu Marine ».

Des contacts avec des mouvements d'extrême droite

Jeudi, Robert Ménard avait annoncé qu'il recevait le soutien du FN mais qu'il n'avait « rien négocié », et la présidente du FN avait peu après affirmé : « Bien sûr qu'il y a eu des discussions avec le FN, et très approfondies. On n'accorde pas l'investiture à quelqu'un comme ça, ça ne tombe pas du ciel ».
Connu pour son combat pour la liberté de la presse à la tête de RSF, qu'il avait quitté en 2008, le journaliste avait déjà annoncé qu'il comptait se présenter à Béziers, où il a vécu, notamment face au maire UMP sortant, Raymond Couderc, en place depuis 1995. Passé, depuis son départ de RSF, par les rédactions d'i-Télé, RTL et Sud Radio, Robert Ménard a aussi noué des contacts avec des mouvements d'extrême droite. En avril 2011, il avait publié "Vive Le Pen", un livre qui voulait dénoncer « la censure des médias bien-pensants ». Plus récemment, il a aussi pris la tête du comité de soutien à des militants de ‘Génération identitaire’, poursuivis pour avoir occupé le chantier de la mosquée de Poitiers en octobre 2012.

La Rédaction, avec AFP