BFMTV

Municipales: Berthout, maire ex-LR du 5e arrondissement, soutient Griveaux à Paris

"Je veux améliorer la transition du deux-roues thermique vers le deux-roues électrique", a déclaré Benjamin Griveaux au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFM TV.

"Je veux améliorer la transition du deux-roues thermique vers le deux-roues électrique", a déclaré Benjamin Griveaux au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFM TV. - BFM

Dans une lettre adressée à ses administrés, Florence Berthout a expliqué son choix, louant la capacité à rassembler de Benjamin Griveaux.

La maire du 5e arrondissement de Paris Florence Berthout (ex-LR) a apporté ce vendredi son soutien à Benjamin Griveaux, candidat LaREM pour les municipales à Paris, en louant "sa capacité à rassembler", dans une lettre dont BFM Paris a obtenu copie.

"Je n'accepte pas la dégradation continue de la qualité de vie dans nos quartiers. Je ne peux me résoudre à l'échec inéluctable des divisions partisanes", a affirmé Florence Berthout qui était, jusqu'à sa démission en juin, la chef de file du groupe LRI (Les Républicains et indépendants) au Conseil de Paris.

"C'est pourquoi je souhaite pleinement participer au rassemblement initié par Benjamin Griveaux", a t-elle ajouté en assurant qu'elle resterait "une femme de droite et de rassemblement" au service de son arrondissement.

"Une capacité à rassembler"

Mais "je connais les engagements pris par Benjamin Griveaux pour mener à bien les réformes que j'appelle depuis 2014", a-t-elle ajouté dans une lettre adressée à ses administrés, en se félicitant de la capacité du candidat de La République en Marche (LREM) "à rassembler tous ses partenaires en respectant leurs différences".

Le candidat investi par LaREM a salué le soutien d'"une maire dont chacun, au-delà des sensibilités politiques, reconnait le travail sur le terrain". "Elle a toujours été dans une opposition très constructive", a ajouté Benjamin Griveaux qui souhaite former "une équipe constructive faite de personnalités, avec chacun leur histoire et leur parcours". 

Florence Berthout, qui avait déploré le "rétrécissement idéologique" de LR lors de son départ, avait jusqu'ici esquivé la question d'une candidature LaREM aux municipales, même si elle avait salué en juin la capacité d'Emmanuel Macron à "rassembler des électeurs que le gaullisme savait réunir". Son départ de la présidence du groupe LRI au Conseil de Paris avait provoqué une onde de choc dans la droite parisienne, la maire du VIIe Rachida Dati, désignée depuis candidate LR à Paris, fustigeant une démission "pathétique" qu'elle avait assimilée à une trahison à neuf mois des élections municipales.

Cy.C avec AFP