BFMTV

Municipales à Paris: avant le second tour, Rachida Dati avance des propositions pour répondre à la crise

Rachida Dati le 15 mars 2020 au soir du premier tour des élections municipales.

Rachida Dati le 15 mars 2020 au soir du premier tour des élections municipales. - Philippe Lopez

La tête de liste des Républicains dans la course à la mairie Paris a présenté ce mercredi de nouvelles propositions en réponse à la crise du coronavirus et ses répercussions économiques et sociales dans la capitale.

La deuxième phase du déconfinement étant entamée à Paris, la campagne pour le second tour des municipales peut se poursuivre. Ce mercredi, la candidate de la droite Rachida Dati a tenu une conférence de presse pour présenter les nouvelles mesures de son programme en vue du scrutin du 28 juin. Sans surprise, la tête de liste des Républicains a formulé un certain nombre de propositions en lien avec la crise sanitaire en cours et ses retombées économiques et sociales.

Un plan de relance économique

Si elle est élue le 28 juin prochain, Rachida Dati souhaite mettre en place un nouveau plan de relance économique, notamment pour les secteurs les plus touchés par la crise du coronavirus, tels que les cinéma, les cafés, les restaurants, les hôtels ou encore les salles de spectacle.

"J'irai plus loin en matière d'exonérations de droits et de charges pour les soutenir financièrement", notamment par la création d'un "dispositif de médiation pour aider ces établissements dans leurs relations avec leurs assureurs et leurs bailleurs", peut-on lire dans le programme de la candidate des Républicains.

Elle propose pour cela de revoir les priorités budgétaires de la ville, sans pour le moment donner plus de précisions.

Des cours d'été et un accompagnement personnalisé pour les élèves décrocheurs

Dans le volet éducation, Rachida Dati a déploré que "seulement 18,5% des enfants parisiens ont pu être accueillis dans les écoles depuis le déconfinement". La tête de liste de la droite propose de mettre en place des cours d'été de soutien pour les enfants "qui n’ont pas pu retourner à l’école ou sont volontaires pour rattraper le retard dû à la période de crise". 

"Ces cours seront dispensés par des enseignants volontaires rémunérés ou des étudiants", a précisé la candidate, qui ajoute que "les familles des élèves en difficulté scolaire seront contactées personnellement afin d’éviter des situations de décrochage".

Pour organiser ces cours mais également "proposer des activités de loisirs aux enfants", la candidate souhaite par ailleurs ouvrir "toutes les écoles et tous les équipements municipaux (conservatoires, gymnases et piscines) si les conditions le permettent". Elle voudrait également qu'une "pré-rentrée scolaire" ait lieu le 19 août prochain.

La création d'une "cellule de crise"

En réponse au coronavirus, Rachida Dati a expliqué qu'une autre de ses priorités serait la création d'une "cellule d’anticipation et de gestion des crises qui sera chargée de préparer Paris à ce type de risques" et de, selon elle, "réagir beaucoup plus agilement que nous ne l’avons fait".

Si la candidate de la droite l'emporte, cette cellule sera chargée de "définir un plan de prévention en cas de retour de la Covid-19", qui permette notamment "la continuité des services publics municipaux", explique-t-elle dans son programme.

L'accompagnement des "personnes vulnérables et fragiles"

Crise du coronavirus oblige, Rachida Dati a également dédié une partie de sa conférence de presse aux "plus âgés que nous avons laissé mourir dans l’indifférence, et les plus précaires qui sont encore plus fragilisés en temps de crise".

Si elle est élue maire, la maire du 7e souhaite donc organiser des "distributions de fournitures essentielles (gel hydroalcoolique, masques), en plus d’un effort sans relâche pour expliquer l’importance des gestes barrières". Rachida Dati a également évoqué la possibilité de récupérer des surplus et des invendus alimentaires et de mettre en place une "redistribution de ces stocks aux plus précaires" touchés par la crise du Covid-19.

Elle a aussi eu un mot pour les personnels soignants et les autres corps de métiers (police, pompiers) dont l'activité ne s'est pas arrêtée durant le confinement. La candidate propose par exemple de réserver "une part des logements sociaux à ceux qui prennent soin de Paris et des Parisiens et qui y travaillent déjà".

La propreté et la sécurité restent au programme

Ce mardi, la candidate de la droite tout de même évoqué deux de ses mesures phares qu'elle portait déjà avant le confinement. Rachida Dati a ainsi réaffirmé sa volonté de réaménager la direction de la propreté de Paris, avec un service continu 24h/24 et 7j/7.

Au sortir de la crise du coronavirus, la politique souhaiterait également lancer "une vaste offensive propreté, avec le nettoyage régulier des rues et des trottoirs et la désinfection des bancs et du mobilier urbain utilisé quotidiennement (comme les couvercles de poubelles). "Paris était sale avant le confinement, elle est encore plus sale après", a même jugé la candidate à la mairie.

Sans surprise, Rachida Dati a de nouveau évoqué la création d'une police municipale armée aidée d'un nouveau plan de vidéo-protection.

Pour devenir maire de Paris, Rachida Dati qui avait rassemblé 22% des suffrages devra l'emporter sur la maire sortante Anne Hidalgo et l'écologiste David Belliard, qui se sont récemment alliés pour le second tour et qui avaient respectivement obtenu 30% et 11% des voix en mars dernier. Face à elle se trouve également Agnès Buzyn, qui avait rassemblé 17% des voix au premier tour. 

Juliette Mitoyen avec Barthélémy Bolo