BFMTV

François Bayrou tend la main à l'UDI

François Bayrou tend la main à l'UDI.

François Bayrou tend la main à l'UDI. - AFP

En clôture de l'université d'été du MoDem, son président François Bayrou s'est dit "prêt à examiner toutes les possibilités de rassemblement" de son parti avec l'UDI.

La recomposition du paysage politique français pourrait aussi passer par le centre. Dimanche, en conclusion de l'université d'été du MoDem à Guidel, dans le Morbihan, François Bayrou s'est dit "prêt à examiner toutes les possibilités de rassemblement" de son parti avec l'UDI.

Il réagissait ainsi à la déclaration du président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, qui déclare dans le Journal du dimanche que l'alliance avec Les Républicains "n'est plus une obligation".

"Saisir les balles au bond"

"La mission qui est la mienne est de saisir les balles au bond. Il faut accepter de saisir les occasion", a déclaré François Bayrou. "Si vraiment la déclaration est fondée, si vraiment il a décidé qu'ils ne seraient plus des supplétifs contrairement au choix qu'il a fait de manière continue pendant des années et des années, si vraiment il a décidé de se mettre en marche lui aussi sur la route de l'indépendance, alors il faut que nous en tirions des conclusions", a encore insisté le président fondateur du MoDem depuis 2007.

"Nous n'abandonnerons rien de nos convictions. Mais ceci est peut-être une nouvelle manière de servir la France", a-t-il souligné. "Si cette chance est offerte, je promets que nous ne la laisserons pas passer. Le choix du rassemblement doit être sur notre agenda", a martelé François Bayrou à la fin de son allocution. Lundi matin, sur Europe 1, il a encore appelé à la création d'un "centre puissant" et "uni".

"À partir de l'UDI, je souhaite que nous construisions une force politique nouvelle, rassemblant le centre et la droite progressiste. D'ici aux européennes, nous avons deux ans pour gagner une autonomie complète et rassembler ceux qui ne partagent pas la dérive d'une droite se recroquevillant sur sa fraction la plus nationaliste, conservatrice, et frileuse", a déclaré Jean-Christophe Lagarde dans le JDD.

Ce n'est pas la première fois que les deux partis tentent un rassemblement. En 2013, François Bayrou et Jean-Louis Borloo, qui dirigeait alors l'UDI, avaient mis en scène leur rapprochement à l'occasion du lancement de L'Alternative, pour les élections européennes. Un rassemblement qui n'avait pas connu de suite.

Ariane Kujawski