BFMTV

Mise en examen aggravée: "sereine", Le Pen dénonce des "persécutions"

"Je signale à nos adversaires qu'ils n’arriveront pas à nous intimider" a affirmé la présidente du Rassemblement national (ex FN).

Ce vendredi, Marine le Pen a vu sa mise en examen aggravée dans l'affaire des emplois fictifs présumés du FN (devenu RN) au Parlement européen. Après audition de la présidente du parti d’extrême droite, les juges Claire Thépaut et Renaud Van Ruymbeke ont en effet requalifié les faits en "détournements de fonds publics".

En déplacement ce samedi à Cublac en Corrèze, Marine Le Pen contre-attaque. "On voit s’amonceler sur nous les persécutions, avant c’était une par mois, une par semaine, en ce moment c’est une par jour. Alors encore une fois, je signale à nos adversaires qu’ils n'arriveront pas à nous intimider" a-t-elle expliqué aux micros de BFMTV.

"Nous continuerons à nous battre, à défendre la France, à défendre les Français. Aujourd’hui plus que jamais alors que l’ensemble des peuples européens est en train de se lever."

"Nous sommes totalement innocents"

La présidente du parti d’extrême droite s'est également montrée confiante. "Je sais que nous sommes totalement innocents des faits qui nous sont reprochés. Par conséquent je suis assez sereine", a-t-elle déclaré devant les journalistes.

La patronne du RN a ensuite critiqué le chef de l'Etat, estimant que "le roi est nu. Ce candidat Macron qu'on nous avait présenté comme étant un professionnel, un expert de l'économie avec une rigueur incroyable, en fait c'est l'amateurisme le plus total, c'est l'imprévision la plus totale et même l'irrésolution la plus totale", a-t-elle conclu.

Hugo Septier