BFMTV

Marion Maréchal répète qu'elle n'a "pas du tout d'ambition personnelle" pour 2022

BFMTV
L'ex-députée du Vaucluse a accordé une interview à BFMTV ce mardi en marge d'un colloque organisé en Italie par une fondation proche de la Ligue, le parti d'extrême-droite de Matteo Salvini.

En Italie, et bien qu'officiellement en retrait de la vie politique, Marion Maréchal n'en garde pas moins un œil sur les affaires intérieures françaises. Et notamment sur la présidentielle de 2022, pour laquelle sa tante Marine Le Pen, a, la première, fait acte de candidature.

En marge d'un colloque au thème intitulé "Dieu, honneur et pays: le président Ronald Reagan, le pape Jean-Paul II et la liberté des nations" à Rome, organisé par la Edmund Burke Foundation et la fondation Nazione Futura, proche de la Ligue de Matteo Salvini, Marion Maréchal a indiqué ce mardi à BFMTV qu'elle n'avait "pas du tout d'ambition personnelle" pour 2022. Des propos qu'elle avait déjà tenus par le passé.

"Mais je l'ai toujours dit: chaque fois que je pense pouvoir être utile, que je pense pouvoir agir, que je pense pouvoir contribuer, j'essaye de le faire", a poursuivi l'ancienne députée d'extrême droite, désormais directrice d'une école de sciences politiques à Lyon.

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen et sa nièce Marion Maréchal ne défendent pas la même ligne politique. Toutefois, la plus jeune dit estimer que "Marine Le Pen a énormément de talent et de légitimité pour le faire (se présenter à la présidentielle, NDLR)", mais tempère son propos: "Après, nous sommes à deux ans de l'élection présidentielle donc en fait, faire des pronostics dès aujourd'hui, ça me paraît un petit peu compliqué, pour tout le monde."

Benjamin Duhamel avec Clarisse Martin