BFMTV

Marion Maréchal-Le Pen: "Nous voterons la motion de censure de l'UMP"

La jeune députée FN Marion Maréchal-Le Pen, invitée de Jean-Jacques Bourdin le 18 mars 2013

La jeune députée FN Marion Maréchal-Le Pen, invitée de Jean-Jacques Bourdin le 18 mars 2013 - -

La nièce de Marine Le Pen et députée FN Marion Maréchal-Le Pen était l'invitée de BFMTV/RMC lundi matin.

Sa décision est prise et Marion Maréchal-Le Pen n'en fait pas mystère. La motion de censure déposée par l'UMP contre le gouvernement, qui sera soumise au vote à l'Assemblée mercredi, pourra compter parmi ses soutiens les deux députés FN. "Nous la voterons avec Gilbert Collard", a-t-elle confirmé lundi matin sur BFMTV/RMC. Une question de "cohérence" a expliqué la benjamine de l'Assemblée nationale "puisque nous critiquons largement l'action du gouvernement".

"Nous rejoignons l'UMP sur le constat"

Concédant que les deux députés frontistes ne pouvaient porter seuls une telle motion, Marion Maréchal-Le Pen a expliqué que ce soutien était une opportunité, pas un blanc-seing à l'UMP. "Nous rejoignons l'UMP sur le constat, mais nous estimons que l'UMP n'est pas légitime à porter ce constat", a-t-elle fait valoir, renvoyant l'UMP à son propre bilan, notamment en matière de politique fiscale qui n'a, selon Marion Maréchal-Le Pen, n'a rien à envier au gouvernement Ayrault.

Et pour montrer que le soutien est de circonstance, la jeune député a souligné que le texte manquait de thèmes chers au FN. "Je regrette qu'il n'y ai pas une référence à l'immigration", a-t-elle déploré, arguant que ce thème avait pourtant été maintes fois sollicité par l'UMP.

Pas tête de liste aux municipales

"Je ne serai pas tête de liste aux municipales". Comme elle l'avait déjà annoncé au Journal du dimanche, Marion Maréchal-Le Pen a réaffirmé qu'elle serait "colistière dans ma circonscription, à Carpentras, à Sorgues ou à Bédarrides."

En éclaircissant sa position personnelle, Marion-Maréchal Le Pen a toutefois concédé qu'elle envisageait des "alliances de circonstances" avec l'UMP. C'est-à-dire? "Il ne s'agit pas de faire une alliance nationale mais d'une alliance sur un projet municipal", a-t-elle expliqué.

Hollande "inodore, incolore et sans saveur"

Enfin, interrogée sur ce qu'elle pensait du président François Hollande, Marion Maréchal-Le Pen l'a jugé "inodore, incolore et sans saveur".