BFMTV

Manuel Valls: "Florian Philippot est entouré de gens particulièrement dangereux"

Manuel Valls à l'Assemblée nationale, le 4 juillet 2017 à Paris.

Manuel Valls à l'Assemblée nationale, le 4 juillet 2017 à Paris. - Martin Bureau - AFP

Manuel Valls s'est exprimé ce jeudi soir sur notre antenne sur la crise que traverse le Front national, jugeant qu'elle découle en parti de l'échec de Marine Le Pen à la présidentielle et au débat d'entre-deux-tours.

L'ancien Premier ministre Manuel Valls s'est exprimé ce jeudi soir sur BFMTV sur le départ de Florian Philippot du Front national et la crise que traverse actuellement le parti d'extrême droite. 

"La décomposition et la recomposition de la vie politique sont loin d’être terminées", a jugé celui qui est désormais député de la 1ère circonscription de l'Essonne.

"Ça concerne et ça touche toutes les formations politiques, mais ça les touche d'abord pour des raisons de fond car il y a des contradictions: l'exercice du pouvoir, le rapport à l'Union Européenne, l'incapacité à avoir un projet..."

"Le populisme et l'extrême droite ne disparaissent pas"

"Au Front national, c’est sans doute encore plus violent", a jugé l'ex-candidat à la présidentielle sur notre antenne. "C'est un parti qui n’est pas un parti démocratique. C’est un parti d’affrontement, de haine", a-t-il estimé, ajoutant que Florian Philippot était "entouré de gens particulièrement dangereux, qui viennent de l’extrême droite la plus néfaste". 

Rappelant le score de Marine Le Pen à l'élection présidentielle (33,90% des suffrages exprimés), Manuel Valls a affirmé que "le populisme et l'extrême droite ne disparaissent pas". "Il faudra continuer de combattre (le Front national)", a-t-il estimé sur le plateau de Ruth Elkrief. 

L'ancien Premier ministre a toutefois jugé que lors du débat d'entre-deux-tours, elle n'avait pas su "expliquer sérieusement" son projet. "Elle a raté ce débat car elle n’a pas pu crédibiliser son projet de sortir de l’euro et de l’Union Européenne", a-t-il avancé.

Liv Audigane