BFMTV

"Je quitte mes fonctions de maire", Michèle Rubirola explique sa démission

L'ancienne médecin dans les quartiers Nord de la ville souhaite laisser sa place à son premier adjoint, Benoit Payan.

Quelques heures après l'annonce de sa démission, Michèle Rubirola a confirmé son départ de la mairie de Marseille au terme d'une réunion avec sa majorité qui se tenait en début d'après-midi, ce mardi. Devant les caméras, celle qui a été élue en juillet dernier au terme de longues tergiversations a expliqué les raisons de cette décision

• Des problèmes de santé

Dans un premier temps, Michèle Rubirola a tenu à souligner sa fierté d'avoir remporté l'élection municipale marseillaise. "Cette élection a tourné une page dans l’histoire de la ville, d’affairisme et de clientélisme, d’une gestion opaque et inefficace. Notre diversité n’est pas classique, elle ressemble à Marseille, frondeuse et fraternelle", a-t-elle précisé.

Puis, l'élue a également fait le point sur sa santé, qui a été un élément majeur ces dernières semaines, et à cause de laquelle elle avait dû laisser sa place quelques semaines en septembre dernier.

"J’ai dû subir en septembre une intervention chirurgicale et j’ai été transparente à ce sujet. Cela limite l’énergie que je peux mobiliser, le temps consacré à mes missions, être maire à Marseille, c’est donner 300% de son temps, je ne peux en donner que 150%", explique-t-elle.

• Marseille en très mauvais état

Au cours de son discours, la première femme maire de la cité phocéenne a également fait le point sur l'état de la ville, laissé selon elle dans un très mauvais état par l'ancienne administration.

"Dans le même temps, nous avons découvert l’état dans lequel notre ville a été laissée. Nos capacités d’investissement sont atrophiées, nos ressources exsangues, notre patrimoine est dégradé. C'est une situation exceptionnelle et depuis 1945, Marseille n'a jamais été aussi près de sombrer", assure-t-elle.

• La crise du coronavirus

De plus, cette dernière a également assuré que sa fonction de médecin, dans cette période de crise sanitaire forte liée au Covid-19, avait également pesé dans la balance. "C'est pour cela que j'ai pris la décision de quitter mes fonctions de maire, j'en ai informé le préfet ce mardi", ajoute-t-elle.

"Il y a en médecine les spécialistes du temps long et les urgentistes. Je suis de la première catégorie. Et c'est de la seconde dont nous avons besoin à Marseille", a-t-elle poursuivi soulignant les défis immenses dans une des villes les plus pauvres de France où se conjuguent crise sanitaire, crise sociale et financière.

• Et pour la suite?

Finalement, Michère Rubirola a également annoncé souhaiter que son premier adjoint socialiste Benoît Payan soit nommé à sa place, une solution qui ne devrait pas convenir à l'ensemble du Conseil municipal, tant le socialiste n'était pas parvenu à fédérer la gauche derrière son projet en début d'année.

"Ce qui importe c’est que notre équipe a posé un socle essentiel, entrainant un climat de respect, écoutant ceux qui s’étonnaient d’être considérés par leur propre majorité", a-t-elle insisté.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV