BFMTV

Macron veut "libérer l'islam en France des influences étrangères" avec des imams "certifiés"

Durant son discours sur le séparatisme aux Mureaux (Yvelines), le président de la République est revenu sur la formation des imams, insistant sur le fait que la France devait "détacher le lien de l’islam consulaire".

Emmanuel Macron veut "libérer l'islam en France des influences étrangères". Lors de son discours sur les séparatismes aux Mureaux dans les Yvelines, le président de la République a donc annoncé une réforme de la formation des imams en France. Cette dernière sera portée par le Conseil français du culte musulman (CFCM).

Un "label" de formation

Pour "détacher le lien de l’islam consulaire", la France va mettre fin, d'ici quatre ans à la formation des imams par la Turquie, l'Algérie et le Maroc, a fait savoir le président de la République.

En parallèle, le CFCM va "aller au bout de la structuration" d'un islam en labellisant "des formations d'imams en France", en assumant "une responsabilité cultuelle qui sera celle de la certification des imams" et enfin, en écrivant "une charte dont le non-respect entraînera la révocation des imams."

"Empêcher les putschs"

Il faut en outre "empêcher les putschs" par des "extrémistes" dans une mosquée, avec un "dispositif antiputsch très robuste", a affirmé le chef d'État.

Pour renforcer le contrôle des financements des lieux de culte, il entend "inciter" les associations cultuelles musulmanes, majoritairement constituées sous le régime de l'association loi 1901, "à basculer" dans le régime de la loi de 1905, moins souple sur le plan des obligations comptables.

"Il ne s'agit pas d'interdire les financements" étrangers, "mais de les encadrer". Il faut également mettre fin d'ici à quatre ans au système d'imams détachés par des pays tiers dans les mosquées françaises.
Esther Paolini Journaliste BFMTV