BFMTV

Macron, Hollande, Flessel... les politiques saluent Zinédine Zidane après l'annonce de son départ 

Zinédine Zidane après avoir annoncé sa démission, le 31 mai 2018 à Madrid

Zinédine Zidane après avoir annoncé sa démission, le 31 mai 2018 à Madrid - Pierre-Philippe Marcou - AFP

En annonçant sa démission de son poste d'entraîneur du Real Madrid, Zinédine Zidane s'est attiré les hommages des supporters comme des politiques.

La révérence d'une légende. À la surprise générale, Zinédine Zidane a annoncé ce jeudi son départ de son poste d'entraîneur du Real Madrid, après deux saisons et demi et trois Ligues des champions. "Je pense que le club a besoin de changement", a-t-il notamment expliqué.

Un départ regretté des gradins de supporters jusqu'à la scène politique. Ce jeudi soir, c'est Emmanuel Macron qui rendait hommage à l'ancien numéro 10 des Bleus, héros de la Coupe du monde 1998, saluant "une carrière de joueur et d'entraîneur exceptionnelle":

"Il fait le choix de partir après trois grands titres, ce qui est une forme de sagesse et d'intelligence", a estimé le président de la République, souhaitant "qu'il puisse jouer un rôle pour le pays parce que c'est quelqu'un qui inspire notre jeunesse".

"Une forme de légende" pour François Hollande

Les réactions des personnalités politiques se sont succédé tout au long de la journée. François Hollande a ainsi estimé qu'il est "mieux de partir au firmament", rappelant que Zidane a "tout réussi":

"Je comprends que Zinédine Zidane se dise qu'il n'a pas d'autre objectif que de rester ce qu'il est, c'est-à-dire une forme de légende", a-t-il déclaré dans l'émission Questions d'info LCP-AFP-Le Point.

L'ancien chef de l'État loue l'attitude "digne" d'"un être d'une grande humanité": "Dans la vie il ne faut pas toujours s'accrocher, il faut aussi penser à d'autres missions."

Un départ pour "prendre un peu plus de temps"

Les raisons de ce départ donnent lieu à toutes les spéculations, notamment concernant l'avenir de l'entraîneur. Laura Flessel, elle-même ancienne championne d'escrime, assure que "lorsqu'un sportif ou un entraîneur veut tourner la page, il faut accepter". Elle évoque par ailleurs "le besoin de relâcher" la pression:

"On a envie de prendre aussi un peu plus de temps avec sa famille, on a envie de voyager un peu plus, de prendre le temps de se réveiller et de faire un peu plus que de coacher", explique la ministre des Sports sur BFMTV, louant quant à elle un "grand champion et un grand entraîneur" qui "représente un patrimoine européen".

Enfin, sur Twitter, Benoît Hamon a salué "la classe intégrale", comme "joueur ou entraîneur", de Zinédine Zidane. Autant de témoignages d'admiration qui prouvent que l'aura du joueur a largement dépassé le monde du sport. 

B.P.