BFMTV

Loi sur les "fake news": Ciotti inquiet de cette "dérive dangereuse"

Eric Ciotti, le 14 juin 2013.

Eric Ciotti, le 14 juin 2013. - Jean-Christophe Magenet - AFP

Le député Les Républicains Eric Ciotti a déclaré ce mardi qu'il voterait contre le texte sur les "fake news" qu'il considère "dangereux" pour la démocratie et la liberté de la presse.

Le député LR Eric Ciotti s'est déclaré ce mardi "particulièrement inquiet de la proposition de loi" sur les fake news portée par LaREM, en particulier concernant la notion de "faits vérifiables" qu'il qualifie de "dérive dangereuse" pour la démocratie.

Une "volonté de reprise en main des médias"

Cette proposition de loi En Marche "me paraît porteuse de grand danger pour notre démocratie" a affirmé sur Sud Radio l'élu des Alpes Maritimes.

"C'est cette question de "faits vérifiables" introduite en commission qui me paraît dangereuse" a-t-il expliqué. "Est-ce que désormais il va y avoir une vérité officielle? (...) Lorsque le pouvoir commence à définir la vérité, je trouve que la démocratie est quelque part en danger".

Eric Ciotti s'est inquiété de ce que cette notion puisse "porter une atteinte grave à la liberté de la presse", dénonçant dans le texte une "volonté de reprise en main extraordinairement forte des médias".

"Est-ce que si on conteste demain les chiffres du chômage ou les prévisions de la croissance du pouvoir, ce sera une fake news?" s'est-il alarmé, réclamant de savoir "où est le curseur? Où est la ligne?".

Une loi "pleine d'arrière-pensées dangereuses pour la démocratie"

Le député LR, qui a appelé ses confrères à être "vigilants", a prévu de voter "contre cette loi", qu'il juge "inutile et pleine d'arrière-pensées dangereuses pour la démocratie".

Ce texte voulu par Emmanuel Macron et qui sera discuté en séance jeudi, vise à permettre à la justice de faire cesser en référé la diffusion de fausses informations durant les périodes pré-électorales et électorales pour des scrutins nationaux.

La commission des Affaires culturelles avait défini sur le plan pénal une fausse information comme "toute allégation ou imputation d'un fait dépourvue d'éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable", et encadré la procédure de référé.

M. F. avec AFP