BFMTV

UMP: le "campus de la reconquête" ne rassemble pas

Xavier Bertrand au campus UMP du Touquet, le 7 septembre 2013.

Xavier Bertrand au campus UMP du Touquet, le 7 septembre 2013. - -

Au Touquet, le campus de la reconquête, des jeunes militants de l'UMP, peine à rassembler les personnalités du mouvement.

"Vous savez ce qui me plaît ici? C'est qu'il y a tout le monde rassemblé". Si Xavier Bertrand tente de s'en persuader, au campus du Touquet, la famille UMP samedi, était loin d'être au complet.

Ce n'est pas la grande bousculade dans les allées du campus, intitulé Campus de la reconquête. Si les jeunes militants ont répondu présents -ils sont 300 à avoir fait le déplacement ce weekend- les élus et les personnalités du mouvement, sont moins nombreux. "C'est vrai que certains parlementaires devraient être présents, montrer qu'ils sont avec nous, que nous nous sommes le futur", affirme ainsi David Dubois, tête de liste UMP à Boulogne-sur-Mer.

"Ca prendra du temps de retrouver de la crédibilité

Car parmi les quatre anciens ministres de Nicolas Sarkozy invités, deux ont finalement séché le rendez-vous militant du Pas-de-Calais. Bruno Le Maire était présent et tente de justifier le maque de dynamisme de son mouvement: "Jamais la droite n'a eu aussi peu de pouvoir en France depuis 1958. Penser que, en quelques mois, on va se reconstituer, retrouver nos forces et redevenir une force politique totalement crédible prête à reprendre le pouvoir, c'est une illusion", assure ainsi l'ancien ministre, pour qui "ça prendra du temps de retrouver de la crédibilité".

Pour les adhérents, le salut de leur mouvement passera par les urnes et par un positionnement sans faux-semblant. "Il faut arrêter de jouer sur cette tendance Front national, explique Maxime Duvauchelle, militant UMP, et vraiment affirmer notre ligne de droite et du centre".

En clair, pour gagner les prochaines élections, les militants avertissent, critiquer la gauche est nécessaire, mais loin d'être suffisant.

M.R. avec Damien Fleurot et Juliane Antoine