BFMTV

"Tu as des amis malfaisants": échanges houleux entre les cadres LR et Renaud Muselier

Le siège des Républicains dans le XVe arrondissement de Paris.

Le siège des Républicains dans le XVe arrondissement de Paris. - Bertrand Guay - AFP

Le comité stratégique des Républicains se réunit ce mardi pour étudier le cas de Renaud Muselier. L'annonce le week-end dernier du retrait de la liste LaREM en Paca au profit de celle du président de la région a suscité l'ire des ténors du parti de droite.

Une réunion où chacun règle ses comptes. Les responsables politiques des Républicains se réunissent ce mardi pour statuer sur le cas de Renaud Muselier. Le président sortant de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur s'est vu retirer son investiture pour les régionales de juin après l'annonce du retrait de la liste LaREM en sa faveur.

Un accord qui ne passe pas auprès des membres du comité stratégique qui planchent actuelle sur les mesures, voire les sanctions, à prendre face à cet alliance avec la majorité présidentielle.

"Si on est dans la merde, c'est parce qu'on a pas de candidat pour la présidentielle"

"Tu as des amis malfaisants", a déclaré le président des Républicains Christian Jacob à Renaud Muselier, faisant référence à Christian Estrosi dont les relations avec l'exécutif et la majorité dérangent au sein du parti de droite.

Renaud Muselier lui a répondu en affirmant avoir été "mis au ban" et n'avoir "pas que des amis dans la salle", visant notamment le député des Alpes-Maritimes Éric Ciotti, particulièrement virulent à son égard. Le candidat à sa propre succession à la région n'y va pas de main morte avec sa famile politique.

"Si on est dans la merde, c'est parce qu'on a pas de candidat pour la présidentielle", a déclaré Renaud Muselier devant Christian Jacob.

"Tu ne peux pas être celui qui met une balle dans la tête de la droite"

François Baroin, le maire LR de Troyes, est également présent au siège des Républicains ce mardi matin. Celui qui a renoncé à se présenter à la prochaine élection présidentielle demande à Renaud Muselier à ne pas être "celui qui met une balle dans la tête de la droite".

Les ténors du parti souhaitent clairement que le président de la région Paca désavoue les déclarations du Premier ministre Jean Castex, un ancien des leurs, qui a annoncé dimanche le retrait de la liste de la majorité au profit de Renaud Muselier.

De son côté, le président des Régions de France demande enfin à ce que son parti ne présente pas de liste face à lui, le nom du maire de Cannes David Lisnard revenant ces derniers jours dans la presse. En face, le comité stratégique lui somme de mettre fin à cette alliance orchestrée selon lui par Emmanuel Macron dans un seul but: diviser voire, détruire les Républicains.

La réunion des cadres LR a pris fin peu avant 10h30, ces derniers exigeant que Muselier dénonce les propos de Jean Castex et et réfute tout accord avec LaREM. Réponse de l'intéressé: "laissez-moi la journée pour répondre". La Commission nationale d'investiture des Républicains doit se tenir, et statuer, ce soir.

Benjamin Duhamel avec Hugues Garnier