BFMTV

Municipales 2014: vers une primaire UMP payante

Nathalie Kociusko-Morizet

Nathalie Kociusko-Morizet - -

La fédération UMP de Paris doit décider vendredi des modalités d'organisation d'une primaire pour départager les candidats de la droite en vue des municipales 2014 à Paris, sauf s'il n'en restait jusque là plus qu'un.

L'organisation d'une primaire à l'UMP en vue des municipales 2014 à Paris est actée. Reste aux responsables de la fédération parisienne du parti d'opposition, réunie vendredi, d'en définir les grandes lignes. Notamment sur le prix de la préinscription en ligne des sympathisants, "autour de trois euros", avance-t-on, pour un vote électronique qui pourrait avoir lieu mi-mai, peut-être organisé par La Poste, a précisé à la presse le président de la fédération UMP de Paris Philippe Goujon.

L'UMP, par la voix de sa secrétaire générale déléguée Valérie Pécresse avait déjà évoqué l'entreprise française pour l'organisation d'un vote électronique externalisé, cette fois pour l'organisation de l'élection à la présidence du parti d'opposition, prévue en septembre. L'objectif est d'éviter les nombreux problèmes apparus lors de l'élection précédente du 18 novembre 2012, et les accusations de fraudes, qui avaient entraîné une violence polémique entre fillonistes et copéistes, et entaché l'image de l'UMP. Proposition a été faite lors de la première réunion de la Commission de révision des statuts de l'UMP, et pourrait être entérinée dès les primaires organisées par le parti en vue des municipales 2014 à Paris.

Vers un accord NKM-Dati?

Si toutefois les primaires ont bien lieu. À écouter Jean-François Copé, rien n'est moins sûr. "Lorsqu'il y a plusieurs candidats, il est tout à fait normal de les départager par des primaires. S'il n'y en a qu'un seul, le problème ne se pose pas", a dit le président provisoire de l'UMP sur France Info, lui qui anticipe un retrait de Rachida Dati au profit de Nathalie Kosciusko-Morizet. Poussant même en coulisses pour que la maire du VIIe arrondissement, seule tête de série face à l'ancienne ministre de l'Écologie, s'efface comme elle l'avait fait derrière l'ancien Premier ministre François Fillon aux dernières législatives. Scénario d'autant plus prévisible que les récents sondages donnent Nathalie Kosciusko-Morizet largement en tête dans les intentions de vote des sympathisants de droite, et comme seule capable pour l'instant de venir talonner la candidate PS Anne Hidalgo.

Reste à convaincre les trois autres candidats: le conseiller de Paris Pierre-Yves Bournazel, le maire du 1er arrondissement de Paris Jean-François Legaret et le conseiller régional d’Ile-de-France et vice-président du Parti Chrétien Démocrate Franck Margain.

T.B.