BFMTV

Morano insultée par Bedos: l'humoriste ne s'excuse pas

Nadine Morano, ici le 25 août 2013, à Nice.

Nadine Morano, ici le 25 août 2013, à Nice. - -

L'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy a été la cible d'insultes durant un spectacle de l'humoriste vendredi soir à Toul, le fief de Nadine Morano, en Meurthe-et-Moselle. Elle va déposer plainte.

L'ancienne ministre UMP Nadine Morano a annoncé samedi qu'elle allait déposer plainte contre l'humoriste Guy Bedos pour injures publiques, au lendemain de propos jugés insultants tenus à son encontre lors d'un spectacle à Toul, en Meurthe-et-Moselle.

Lors de ce spectacle vendredi soir, "Monsieur Bedos en a profité pour m'insulter en me traitant de conne et de salope", a indiqué Nadine Morano à l'AFP, confirmant des informations rapportées samedi sur le site internet de l'Est Républicain. "J'ai appelé mon avocat ce matin, une plainte sera déposée pour injures publiques en début de semaine prochaine."

Guy Bedos n'a pas manqué de réagir à ces menaces judiciaires. "Je ne vais pas demander pardon à Nadine Morano pour ma langue rabelaisienne, celle que j'emploie depuis plus d'un demi-siècle. J'ai mon langage à moi et c'était un spectacle, pas un meeting. Il n'y a que l'extrême droite qui porte plainte contre moi, Mme Morano rejoindra comme cela Jean-Marie Le Pen et quelques autres du FN."

"On ne traite pas une femme de salope comme ça"

L'humoriste qui était venu inaugurer une nouvelle salle, l'Arsenal, dans la municipalité de gauche du maire PS Alde Harmand, aurait improvisé pour l'occasion plusieurs phrases en s'en prenant à Nadine Morano.

"Nadine Morano a été élue ici à Toul? Vous l'avez échappé belle! On m'avait promis qu'elle serait là... Quelle conne!", aurait notamment lancé l'artiste à un public de 1.300 personnes. Certaines personnes de l'assistance auraient sifflé l'artiste, d'autres se seraient levées pour quitter la salle, selon l'Est Républicain. "Les gens normaux dans le public ont ri et ont même applaudi. Ses soutiens, eux, m'ont hué, c'est pourquoi ça a tourné au vinaigre", indique Guy Bedos.

"On ne peut pas traiter une femme de salope comme ça. C'est inacceptable dans une société", rétorque l'ancienne ministre, qui rappelle avoir porté le texte sur les violences familiales, en particulier celles faites aux femmes à l'Assemblée nationale. "Moi je fais de la politique, pas pour me faire insulter mais pour servir mon pays. Mon statut d'élue est attaqué par ces insultes, mon statut de femme aussi."

"On peut dire qu'elle l'a cherché. Elle a plus besoin que moi qu'on parle d'elle. Et ce n'était que trois phrases dans un spectacle d'une heure quarante. Alors, rendez-vous au tribunal, si elle veut, ça va me rajeunir!" a conclu l'humoriste de 79 ans.

Sur Twitter, le président de l'UMP Jean-François Copé a apporté "tout [son] soutien" à Nadine Morano "suite aux propos injurieux et machistes de Guy Bedos". "Donneur de leçons, qu'en pense le PS?"

Tout mon soutien à @nadine__morano suite aux propos injurieux et machistes de Guy Bedos. Donneur de leçons, qu'en pense le PS ?
— Jean-François Copé (@jf_cope) October 12, 2013
M.G. avec AFP