BFMTV

Mariage homo: NKM "inquiète" pour la manif de dimanche

La candidate à la mairie de Paris en 2014 s'est dite "inquiète" à propos de la Manif pour tous et en appelle à la préfécture de police.

La candidate à la mairie de Paris en 2014 s'est dite "inquiète" à propos de la Manif pour tous et en appelle à la préfécture de police. - -

A deux jours de la "Manif pour tous", Nathalie Kosciusko-Morizet a invité la préfecture de police de Paris à anticiper les risques et sa famille politique à ne pas sombrer dans l'"agressivité".

Nathalie Kosciusko-Morizet ne défilera pas dimanche, mais elle est "inquiète". A deux jours de la "Manif pour tous", à laquelle l'UMP s'est associée, Nathalie Kosciusko-Morizet a invité vendredi la préfecture de police de Paris à anticiper les risques et sa famille politique à ne pas sombrer dans l'"agressivité".

A la question d'Europe 1 qui lui demandait si elle était inquiète à l'avant-veille de cette manifestation contre la loi Taubira, la candidate à la mairie de Paris a répondu: "Oui, et j'en appelle à la préfecture de police de Paris" pour qu'elle ne soit pas à nouveau "prise en défaut".

"Il y aura probablement beaucoup de monde. Que la préfecture de police ne nous dise pas après qu'elle ne savait pas et qu'elle n'avait pas anticipé", a-t-elle déclaré, souhaitant qu'on ne prenne pas "argument des risques pour refuser aux personnes le droit de manifester".

"Une forme de rejet" de Hollande

S'agissant des motifs de cette nouvelle manifestation, l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy a reconnu une "jonction" entre "la question du mariage pour tous" et "un fort désaccord avec la politique du gouvernement, avec François Hollande, une forme de rejet".

Selon elle, le chef de l'Etat a voulu "politiser" le débat sur le mariage homosexuel et l'adoption par des personnes de même sexe. "Je lui reproche d'avoir cherché le clivage, le gain politique sur ce sujet de société", a-t-elle accusé.

"Des méthodes du FN"

Interrogée sur les menaces reçues par certains responsables de la Manif pour tous, à commencer par Frigide Barjot, elle a fait état de "beaucoup de tensions" entre "ceux qui (comme elle, ndlr) défendent une ligne médiane, qui défendent par exemple l'union civile" et les tenants d'une ligne "plus dure".

Attaquée en début de semaine par Guillaume Peltier, le leader de la Droite forte, en raison de son abstention lors du vote de la loi à l'Assemblée, Mme Kosciusko-Morizet, députée de l'Essonne, a dénoncé avec virulence "cette méthode qui consiste à montrer du doigt l'un ou l'autre dans sa famille politique et à dire: 'Celui-là, c'est celui qu'on veut pas'".

"Ce sont des méthodes qui viennent du Front national. Quand on change de parti, on change de méthodes", a-t-elle martelé, ajoutant que "cette agressivité-là, c'est celle qui a aspiré la droite dans la spirale de la défaite pendant dix ans".

Consciente des "tensions" au sein de son parti, la favorite à la primaire UMP à Paris a préféré relever que "depuis le début de la semaine, tout le monde, à l'unanimité, à part ceux qui (l')avaient attaquée, (l')ont soutenue". C'est pour elle "plutôt un bon signal".


A LIRE AUSSI: >> EDITO - Manif anti-mariage ou manif anti-Hollande?

>> Manif anti-mariage homo: Barjot "sera évidemment protégée", dit Valls
>> Manif anti-mariage homo: l'UMP en ordre divisé >> L'UMP désavoue Peltier face à NKM

C.P. avec AFP