BFMTV

Le Loiret ferme ses portes aux mineurs isolés étrangers

Eric Doligé met fin à l'accueil de mineurs isolés étrangers dans le Loiret.

Eric Doligé met fin à l'accueil de mineurs isolés étrangers dans le Loiret. - -

Le président UMP du Conseil général du Loiret dans le Centre, Eric Doligé, a mis fin à tout nouvel accueil de mineurs isolés étrangers, par arrêté, le 17 octobre dernier. Il rejette la faute sur le gouvernement.

Le président UMP du Conseil général, Eric Doligé, a publié un arrêté le 17 octobre, "mettant fin à tout nouvel accueil de jeunes isolés étrangers par le service social à l’enfance" du département. En raison, notamment, de la saturation des capacités d’accueil.

Selon Eric Doligé, au prorata de sa population, le Loiret devrait accueillir "60 ou 70 mineurs étrangers isolés. On en est à 220 pris en charge à 100% par le département".

"On est débordé, on ne peut plus en accueillir. On n'a plus la capacité financière et les structures" pour cela, a-t-il ajouté.

Le sénateur assure que le Loiret est le département qui a "reçu le plus grand nombre de mineurs étrangers par rapport à la population totale". Une situation insoutenable pour le président UMP du Conseil général qui rejette la faute sur le gouvernement.

"C'est totalement inhumain qu'un Etat laisse ses frontières complètement ouvertes pour que des structures mafieuses fassent venir, en France, des mineurs en faisant payer des familles. L'Etat ferme les yeux", a-t-il asséné.

Pour certaines associations, l'arrêté d'Eric Doligé est inadmissible et ne réglera pas la situation.

"Des jeunes vont arriver et demander une protection. Ils vont se retrouver à la rue", a regretté pour sa part Ségolène Petit, membre de l'association du Réseau éducation sans frontières du Loiret.

Eric Doligé n’est pas le premier à prendre cette décision. Le premier à avoir tiré la sonnette d’alarme en 2011 était un certain Claude Bartolone, alors président PS du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, et aujourd’hui président de l’Assemblée nationale.

S.D. avec Grégoire Pelpel (vidéo)