BFMTV

Crèche de Noël: un élu FN offre une rose bleue à Wauquiez en pleine séance au conseil régional

Laurent Wauquiez, favori pour la présidence de LR.

Laurent Wauquiez, favori pour la présidence de LR. - Boris Horvat - AFP

Christophe Boudot, président du groupe Front national au Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, a offert jeudi une rose bleue à Laurent Wauquiez au beau milieu d'une séance plénière, après le discours du président LR de la région sur les "racines chrétiennes" de la France.

C'est une scène pour le moins inhabituelle qui a eu lieu jeudi au Conseil régional d'Auvergne-Rhône Alpes. La veille, une crèche de Noël de 14 m2 avait été installée dans le hall du bâtiment. Laurent Wauquiez, présent jeudi pour l'habituelle assemblée plénière des élus sur le budget 2017 de la région, s'est fendu d'un long discours pour défendre l'installation de la crèche. Le président Les Républicains de la région estime qu'elle s'inscrit dans le cadre laïc fixé par le Conseil d'Etat, qui a tranché en novembre sur le sujet. Face aux élus, il évoque ensuite longuement "les racines chrétiennes de la France" pour défendre son choix.

L'opposition n'a pas du tout apprécié. Au Parti de gauche comme au PS, les élus dénoncent "une énième provocation" de la part du président de région, et n'excluent pas une action en justice pour faire retirer la crèche.

Du côté du Front national en revanche, la réaction a été tout autre. Le président du groupe FN, Christophe Boudot, s'est levé de son siège après le discours de Laurent Wauquiez, pour lui offrir… une rose bleue, récemment adoptée comme symbole de campagne par le Front national. "Compte tenu de vos états de service, vous êtes aujourd'hui prêt à rejoindre le Front national. Allez-y, c'est le moment", a-t-il affirmé tout haut devant les élus.

"Un coup de comm' bien préparé"

Pour Christophe Boudot, la proximité de Laurent Wauquiez avec le FN n'est pas nouvelle:

"Il met en œuvre 90% d'un programme que j'ai défendu pendant la campagne des régionales", affirme l'élu FN à BFMTV.com. "Baisses des dépenses de fonctionnement, baisse des indemnités des élus, sécurisation des gares et lycées, soutien à la ruralité, préférence régionale dans les cantines… Et le jour du budget il inaugure une crèche mettant en valeur nos racines chrétiennes enracinées!", se félicite-t-il. "Il est prêt à rejoindre le Front national et à quitter au plus vite les NKM, Lagarde et Bertrand qui manifestement n'ont pas les mêmes convictions politiques que lui".

Au lendemain de l'installation de la crèche au Conseil régional, les élus FN avaient visiblement préparé leur coup.

"C'était un coup de comm' bien préparé, on avait même vu les roses bleues passer dans les ascenseurs avant la séance", témoigne Fatima Parret, conseillère régionale EELV d'Auvergne, jointe par BFMTV.com.

Wauquiez "déstabilisé"

Le principal intéressé, lui, n'a pas eu l'air de se réjouir de la scène. "Il avait l'air déstabilisé par ma démarche et s'est montré très mal à l'aise, à ma grande surprise", affirme Christophe Boudot. "Difficile d'assumer le programme du FN!", lance encore le conseiller régional FN, qui qualifie Laurent Wauquiez "d'opportuniste ou converti". Tout en rappelant qu'il n'a pas fait installer de crèche dans sa mairie du Puy-en-Velay.

Selon Fatima Parret, ce n'est pas la première fois que les élus FN s'adressent à Laurent Wauquiez pour souligner les points communs entre ses décisions et leur programme. "La rose, c'était une première. Mais c'est déjà arrivé qu'ils l'interpellent, en lui disant 'vous faites du FN sans vous en rendre compte'", explique-t-elle.

Finalement, l'élue rapporte que Laurent Wauquiez, gêné, a refusé la rose bleue et a prié Christophe Boudot de regagner sa place. Puis, alors que le groupe communiste manifestait sa désapprobation, il a signifié sa volonté de ne pas donner davantage d'écho à cet épisode. Et a changé de sujet.
Ariane Kujawski