BFMTV

Alain Juppé: "En matière judiciaire il vaut mieux avoir un passé qu’un avenir"

Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite et du centre.

Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite et du centre. - Eric Piermont - AFP

Attaqué par certains adversaires pour sa condamnation dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, Alain Juppé, interviewé ce lundi par Ruth Elkrief sur BFMTV, s’est défendu. Tout en adressant une pique à son principal rival, Nicolas Sarkozy.

Dans la course aux primaires et à la présidentielle, les attaques se succèdent. Alain Juppé, qui fait figure de favori des sondages pour la primaire de la droite et du centre, n’y échappe pas. Condamné en 2004 à 14 mois de prison avec sursis et un an d’inéligibilité dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, le maire de Bordeaux doit se justifier de son passé judiciaire régulièrement. Même s’il dit "assumer" sa "responsabilité".

Interviewé par Ruth Elkrief ce lundi soir, il a expliqué s’être senti visé par les propos d’Emmanuel Macron et de Bruno Le Maire, qui estiment que les candidats à n’importe quel poste doivent avoir un casier judiciaire vide.

Une allusion à la mise en examen de Nicolas Sarkozy

"Je me suis exprimé et je crois que les Français ont compris et qu’ils m’ont légitimé à plusieurs reprises. On parle beaucoup de l’Etat de droit, qu’est-ce que c’est que l’Etat de droit? C’est la non rétroactivité de la loi pénale", a estimé le candidat, avant d’ajouter:

"Mais vous savez, en matière judiciaire il vaut mieux avoir un passé qu’un avenir."

Lui qui quelques minutes plus tôt, disait refuser "les attaques personnelles" et "les mots qui fâchent", n’a pas résisté à cette allusion aux déboires judiciaires de son principal rival, Nicolas Sarkozy, mis en examen dans l’affaire de ses comptes de campagne, pour financement illégal d’une campagne électorale. "C’est un propos général", a toutefois assuré Alain Juppé, interrogé sur le destinataire de cette phrase.
Charlie Vandekerkhove