BFMTV

Les annonces de Hollande sèment le trouble à l'UMP

-

- - -

L'aile gauche du PS, qui de son côté trouve le pacte de responsabilité trop libéral, soutient François Hollande à contrecœur.

La droite est très partagée sur l'attitude à tenir face au pacte de responsabilité proposé par François Hollande, lors de sa conférence de presse à l'Elysée.

L'UMP se retrouve face à un problème stratégique : soit elle approuve, dans la foulée du Medef, le cap fixé par le chef de l'Etat, en se disant vigilante sur l'application des annonces, soit elle le rejette d'un revers de la main, au risque d'être perçue comme une opposition caricaturale.

François Fillon a fait un pas en avant mercredi soir, sur TF1, expliquant : "S'il y a une politique qui redonne confiance aux entreprises, je la soutiendrai".

Si François Hollande est parvenu à "coincer" les centristes et l'UMP en faisant des propositions qui vont dans leur sens, la grogne vient de la gauche du PS.

Pour cette frange de la majorité, le pacte de responsabilité rompt avec le discours du Bourget - "mon ennemi c'est la finance" - prononcé par François Hollande pendant la campagne. Des députés d'autant plus dépités qu'ils ont l'impression d'être piégés. En annonçant que le gouvernement allait engager sa responsabilité sur le pacte,. le Président de la République contraint sa majorité à le suivre.

Pouria Amirshahi, député socialiste, prétend sur RMC avoir "quelques doutes" sur le pacte de responsabilité. Il souligne que le président de la République "décide tout seul, tous les six mois". "Le seul espace de discussion que nous avons c'est les mois qui nous séparent du vote annoncé par le gouvernement", déclare-t-il.

La bataille va donc s'engager à gauche sur les contrepartie : des garanties sur l'emploi, les salaires et les investissements.

La Rédaction avec A. Roger