BFMTV

Législatives à Paris: quel avenir pour la majorité municipale après les scores d'En marche?

Avec l'avancée d'En marche à Paris, la majorité municipale d'Anne Hidalgo pourrait-elle se fracturer?

Avec l'avancée d'En marche à Paris, la majorité municipale d'Anne Hidalgo pourrait-elle se fracturer? - AFP

Dimanche soir, les candidats de la République en marche sont arrivés en tête dans toutes les circonscriptions où ils étaient présents à Paris. Les socialistes pourraient ne conserver aucun siège, un appui en moins pour Anne Hidalgo en vue des municipales de 2020, tandis qu'En marche pourrait tenter de ravir la mairie de Paris.

Avec les élections législatives, la bataille pour les municipales de 2020 pourrait avoir déjà commencé. La conquête de la capitale par la République en marche est en tout cas en passe de réussir. Dimanche soir, les candidats du parti d'Emmanuel Macron ont caracolé en tête du premier tour des élections législatives.

Les têtes d'affiches, les ministres Marielle de Sarnez et Mounir Mahjoubi sont parvenus à se hisser au second tour, ce dernier réussissant à écarter Jean-Christophe Cambadélis dans le 19e arrondissement. Dans les 12 circonscriptions parisiennes tenues par un député socialiste ou écologiste, seuls quatre candidats socialistes atteignent le second tour. A l'issue du second tour, le nombre de députés socialistes est en passe d'être réduit à peau de chagrin.

Des élus parisiens en marche

Cet assaut d'En marche sur Paris se retrouve aussi au sein de la majorité municipale de la socialiste Anne Hidalgo. Dans l'exécutif parisien, certains élus ont déjà décidé de soutenir la majorité d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle. Mao Peninou, l'adjoint à la propreté, Jean-Louis Missika aux transports ou encore Julien Barjeton aux finances font partie de ceux-là. Dans un article du mois d'avril, Le Parisien rapportait les propos d'un adjoint, assurant que la moitié de l'exécutif parisien avait voté pour Emmanuel Macron au premier tour de l'élection présidentielle.

Entre une majorité aux multiples couleurs politiques et la vague En marche qui s'annonce au second tour des législatives, Anne Hidalgo pourrait se retrouver cernée pour 2020 si elle décidait de briguer un nouveau mandat. D'autant qu'en coulisses, Benjamin Griveaux, candidat dans la 5e circonscription de la République en marche serait pressenti pour représenter la majorité présidentielle aux municipales.

Une unité... jusqu'en 2020?

Pour l'heure, la municipalité affiche son unité. La semaine dernière, le 1er adjoint à la maire de Paris Bruno Julliard confirmait à BFM Paris la volonté de tous de continuer à travailler ensemble malgré les divergences politiques au plan national:

"Dans la majorité municipale, il y a des socialistes, ils sont majoritaires, il y a des communistes, il y a des écologistes, il y a des personnes issues de la société civile, parfois du centre et puis il y a aussi depuis quelques mois des personnalités qui soutiennent Emmanuel Macron, ça ne change absolument rien dans leur soutien à la politique d'Anne Hidalgo"

Mais à l'heure des élections municipales, que feront les élus engagés pour la majorité présidentielle en 2020? S'il reste encore du chemin à parcourir, ils devront nécessairement choisir: soutenir Anne Hidalgo et privilégier leur engagement local ou le candidat d'En marche et fracturer la majorité actuelle.

Carole Blanchard