BFMTV

Le Roux donne des bons points à Fo et distribue les mauvais à la CGT

Sur BFMTV Mohamed K. a raconté mardi 14 février ses "40 minutes" de calvaire aux mains d'un policier accusé dans l'affaire Théo. Suite à son témoignage, d'abord révélé par l'Obs, l'IPGN a été saisie.

Sur BFMTV Mohamed K. a raconté mardi 14 février ses "40 minutes" de calvaire aux mains d'un policier accusé dans l'affaire Théo. Suite à son témoignage, d'abord révélé par l'Obs, l'IPGN a été saisie. - BFMTV.

Le président du groupe PS à l'Assemblée Bruno Le Roux a déploré ce mercredi que la "tendance ultra-gauchiste" se soit imposée à la CGT dans la contestation contre le projet de loi travail, saluant à l'inverse la "volonté de discuter" de Force ouvrière.

Invité de "Questions d'info" LCP-France Info-Le Monde-AFP, Bruno Le Roux a regretté que la CGT veuille "bloquer" et "empêcher notre pays de fonctionner pour faire valoir un point de vue, un point de vue minoritaire chez les syndicats". Le président du groupe PS à l’Assemblée nationale fustige ainsi la tendance ultra-gauchiste de la CGT alors que, selon lui, Force ouvrière a une réelle envie de s’asseoir autour de la table des négociations.

La frange "ultra-gauchiste" de la CGT impose la "violence"

Interrogé sur les critiques faites au gouvernement contre le passage en force en première lecture sur le projet de loi travail à l'Assemblée nationale, l'élu de Seine-Saint-Denis a rétorqué que "le 49-3 est dans la Constitution française" alors que "le blocage et l'asphyxie du pays, ce n'est pas dans la Constitution".

"J'ai l'impression qu'à la CGT, il y a une tendance ultra-gauchiste, minoritaire dans la CGT, mais qui a réussi à l'emporter en matière de méthode, qui a réussi à l'emporter en matière de violence", a-t-il ajouté en regrettant une nouvelle fois l'affiche d'une fédération CGT contre "les violences policières" et un récent "tract" du syndicat "qui appelait au retrait du texte avec une charge explosive".

A.M avec AFP