BFMTV

Le député Joachim Son-Forget quitte le groupe UDI et évoque une "amitié naissante" avec Marion Maréchal

Joachim Son-Forget

Joachim Son-Forget - JACQUES DEMARTHON / AFP

Marion Maréchal, "c'est quelqu'un que j'apprécie. C'est une amitié naissante", a dit Joachim Son-Forget, qui "trouverait intéressant de faire une conférence" dans l'école fondée par l'ancienne députée FN.

Le député ex-LaREM Joachim Son-Forget a démissionné du groupe parlementaire UDI-Agir pour rejoindre les non-inscrits "dans un cheminement ouvertement à droite", évoquant une "amitié naissante" avec l'ancienne députée FN Marion Maréchal.

"Je quitte le groupe parlementaire UDI-Agir et indépendants et siégerai à l'Assemblée nationale comme député non inscrit pour maintenir mon indépendance politique, dans un cheminement ouvertement à droite", écrit sur Facebook le représentant des Français de Suisse et du Liechtenstein, connu pour ses coups d'éclat sur les réseaux sociaux.

Joachim Son-Forget reproche notamment au président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde d'avoir surréagi à une photo de lui avec Marion Maréchal qu'il avait publiée le 11 décembre sur son compte Twitter. Il a précisé avoir déjà rencontré la nièce de Marine Le Pen il y a quelques semaines.

"Incompatibilité entre l'UDI" et "toute forme d'extrême-droite"

Jean-Christophe Lagarde avait commenté la photo en précisant que les "positions et postures" de Joachim Son-Forget "ne nous engagent pas" et en rappelant "l'incompatibilité entre l'UDI, qui représente le centre droit, et toute forme d'extrême-droite, d'intolérance ou d'europhobie ou de xénophobie". 

Marion Maréchal, "c'est quelqu'un que j'apprécie. C'est une amitié naissante", a dit Joachim Son-Forget, qui "trouverait intéressant de faire une conférence" devant l'école de sciences politiques fondée à Lyon par l'ancienne députée d'extrême droite. "C'est quelqu'un d'intelligent, d'ouvert, de prête à se remettre en question", développe-t-il dans une vidéo.

Il réaffirme tout de même son soutien à Macron

Joachim Son-Forget réaffirme dans son communiqué son "soutien" à Emmanuel Macron bien qu'il ne se "(reconnaisse) plus dans l'attitude et les points de vue" de la majorité.

Le député avait démissionné le 29 décembre 2018 du groupe LaREM à la suite d'une polémique née de tweets sexistes contre la sénatrice EELV Esther Benbassa. Revendiquant sa "liberté de pensée", il a depuis lancé un parti politique nommé "Valeur Absolue", avec pour slogan "Je suis Français et Européen".

A.J. avec AFP