BFMTV

La secrétaire d'État Montchalin tacle gentiment Loiseau au sujet de ses propos au Parlement européen

Amélie de Montchalin, secrétaire d'État aux Affaires européennes, le 1er avril 2019 à l'Élysée.

Amélie de Montchalin, secrétaire d'État aux Affaires européennes, le 1er avril 2019 à l'Élysée. - Ludovic Marin - AFP

L'ex-ministre, qui a renoncé à briguer la présidence du groupe libéral-centriste au Parlement de Bruxelles, avait réprouvé une initiative de sa remplaçante au Quai d'Orsay visant les eurodéputés français élus le 26 mai.

En plus de s'être mis à dos ses partenaires libéraux européens, Nathalie Loiseau va sans doute devoir se raccommoder avec certaines personnalités issues de La République en marche. Celle qui l'a remplacée au Quai d'Orsay, Amélie de Montchalin, a réagi sur France Inter à son "off" catastrophique au Parlement européen, dévoilé il y a quelques jours.

Sans condamner les propos de l'eurodéputée, qui a dû renoncer à briguer la présidence du groupe libéral-centriste Renew Europe, la secrétaire d'État admet toutefois qu'ils "posent questions". Un euphémisme qu'elle précise dans la foulée:

"L'esprit dans lequel on veut travailler en Europe, c'est un esprit d'union, c'est un esprit de compromis et c'est un esprit de consensus."

Initiative critiquée

Parmi les commentaires acerbes de Nathalie Loiseau qui ont été relayés, l'un visait la secrétaire d'État, qui a pris sa succession lorsqu'elle est devenue tête de liste LaREM pour les élections européennes. Elle répondait à une question sur la volonté d'Amélie de Montchalin de convier, à Paris, l'ensemble des eurodéputés élus le 26 mai, y compris ceux issus du Rassemblement national.

"Une démarche républicaine qui interroge effectivement (…). Je pense que c’est bien d’avoir essayé mais je n’y crois pas, je n’ai jamais travaillé comme cela", jugeait Nathalie Loiseau.

Comme l'a rapporté Le Point, l'initiative d'Amélie de Montchalin n'a pas accouché d'un franc succès: une bonne moitié de délégation française a snobé le séminaire, qui s'est déroulé le 7 juin dans les locaux du ministère de la Santé. Plusieurs eurodéputés RN ont répondu présent, tout comme la quasi-totalité des LaREM, mais l'ensemble des socialistes, des insoumis et des écologistes ont refusé d'y assister.

Un Parlement "extrêmement codifié"

Sur les propos de Nathalie Loiseau, la secrétaire d'État a refusé d'aller plus en détail. Après tout, ce sont surtout ses coups de griffes visant d'autres leaders européens qui ont sérieusement écorné son image et l'ont contrainte d'abandonner le leadership du groupe parlementaire. 

"C'est des propos en 'off', je n'étais pas dans la pièce, (...) je ne vais pas commenter plus au-delà ces propos", a-t-elle prévenu.

Amélie de Montchalin a tout de même ajouté que les primo-élus présents à son séminaire, sans préciser lesquels, avaient pour objectif de "comprendre comment fonctionne" le Parlement européen, "qui est extrêmement codifié". Un détail qui, peut-être, avait échappé à Nathalie Loiseau le 5 juin, lorsqu'elle était face à des journalistes.

Jules Pecnard