BFMTV

Joël Giraud, le nouveau secrétaire d'État, épinglé pour des propos complotistes sur les chemtrails

Joël Giraud nouveau secrétaire d'Etat chargé de la ruralité.

Joël Giraud nouveau secrétaire d'Etat chargé de la ruralité. - Luc Hauser - Wikimedia Commons - CC

Entre 2013 et 2014, le nouveau secrétaire d'État chargé de la ruralité, Joël Giraud, s'est questionné à plusieurs reprises sur les chemtrails, ces traînées blanches laissées dans le ciel par les avions, au centre de théories complotistes.

À peine nommé secrétaire d'État chargé de la ruralité, dimanche soir, le député (LaREM) des Hautes-Alpes Joël Giraud se voit épingler sur les réseaux sociaux et dans les médias pour ses anciens propos sur une théorie complotiste.

En 2013, comme le rapporte Libération ce lundi, l'élu a posé une question écrite au ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie de l'époque, Philippe Martin, sur les chemtrails. Soit ces traînées blanches de condensation formées dans le ciel après le passage d'avions que "beaucoup considèrent [comme] des épandages de produits chimiques répandus à l’insu des populations pour des raisons tenues secrètes", explique le site spécialisé dans le phénomène conspirationniste Conspiracy Watch. Le mot est construit à partir de la contraction des termes anglais "chem" pour "chemical", soit "chimique" en français, et de "trails", pour "traces".

Joël Giraud indiquait ainsi, dans le texte de sa question écrite, que si "officiellement ces trainées sont considérées comme des traces de condensation laissées par les avions", des "scientifiques qui ont étudié la question mettent en avant le fait que les traces de condensation sont identifiables à des altitudes élevées de l'ordre de 10.000 mètres et que celles-ci se résorbent rapidement, alors que les chemtrails apparaissent à des altitudes plus basses entre 2000 et 5000 mètres et s'estompent très lentement".

"Certains émettent l'hypothèse qu'il s'agirait là d'épandage de produits chimiques provoquant d'ailleurs des maladies respiratoires chez les populations survolées et que les appareils concernés sont des avions militaires sans aucune identification possible, écartant ainsi la piste des appareils civils qui ne seraient donc pas concernés par ces traces", poursuivait-il alors.

"Ça ne peut pas être un phénomène naturel"

Comme le souligne Conspiracy Watch sur Twitter, le député a été interwievé à plusieurs reprises, entre 2013 et 2014, sur le sujet par le média en ligne Streetpress, par France 3 Provence Alpes Côte d'Azur et par le site Agence Info Libre, qualifié de "conspirationniste".

Sur Streetpress, Joël Giraud assurait voir dans le ciel des Alpes "ces traînées". "Il y a d’autres traînées, persistantes, et je ne vois pas quelle peut être leur origine puisque je ne vois pas d’avions quand elles se produisent", décrivait-il.

"C’est bizarre, ce sont des formations de nuages, qui en plus, quadrillent le ciel de façon régulière. Les quadrillages qu’on trouve sur les grillés aux pommes dans les boulangeries ne doivent pas se reproduire dans le ciel! Et ça ne peut pas être un phénomène naturel puisqu’il est répétitif. J’ai rencontré quelqu’un qui m’a parlé de la théorie des chemtrails, et je me suis dit pourquoi pas", assurait-il.

"Aucun élément ne contredit à ce jour cet état de fait"

Dans sa réponse au député, le ministre de l'Ecologie Philippe Martin expliquait que "les traînées blanches visibles dans le ciel après le passage des avions correspondent à une condensation de l'eau de l'atmosphère en cristaux autour des émissions normales de l'avion". Et que, contrairement à ce qu'avançait à Joël Giraud, "ce phénomène dépend peu de l'altitude de l'avion mais bien des conditions atmosphériques et de la météorologie".

"La taille, la durée et l'étalement des traînées de condensation dépendent également des conditions météorologiques. Elles ne sont pas nocives pour la santé et aucun élément ne contredit à ce jour cet état de fait. Le sujet des traînées de condensation est bien une préoccupation mais dont l'enjeu environnemental réside dans l'évaluation de leur contribution à l'effet de serre", ajoutait-il.

Sur son site, Conspiracy Watch présice que "la croyance dans les chemtrails est l’une des théories du complot contemporaines les plus populaires".

"Un jeune Français de 18 à 24 ans sur trois est globalement d’accord avec l’idée que 'certaines traînées blanches créées par le passage des avions dans le ciel sont composées de produits chimiques délibérément répandus pour des raisons tenues secrètes', selon l'Ifop en 2018. D’aucuns y voient une opération secrète de l’OTAN (pour lutter contre le réchauffement climatique) ou un complot pour réduire la population mondiale.

Le nouveau secrétaire d'État à la Ruralité n'a pas encore réagi à la réapparition de ses propos.

Clément Boutin Journaliste BFMTV