BFMTV

Irma: 4 morts à Saint-Martin, 95% des habitations touchées

Alors qu'Irma a dévasté ce mercredi les îles françaises de Saint-Martin et Saint-Barthélémy, Edouard Philippe a tenu une conférence de presse ce jeudi. Il a dévoilé l'ensemble du dispositif instauré sur place et des moyens mis en oeuvre par l'Etat pour répondre à ce cataclysme.

L'ouragan Irma a ravagé les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélémy au sein des Antilles françaises ce mercredi. Les soins, les recherches et les activités de déblaiement ont commencé sur place depuis quelques heures. A Paris, le Premier ministre Edouard Philippe a pris la parole au ministère de l'Intérieur sur les coups de 17h ce même jour. Grave et solennel, il a évoqué le nombre de victimes connues à ce jour, l'ampleur des dégâts matériels, les besoins des populations et la façon dont l'Etat entend y répondre dans les prochaines heures ou les prochains jours. 

Un bilan présenté avec prudence et appelé à évoluer

C'était, sans aucun doute, le volet le plus attendu du discours du chef du gouvernement. Sans tarder, Edouard Philippe a évoqué les pertes humaines dues au passage du cyclone. Il a annoncé qu'à l'heure où il s'exprimait: "Quatre personnes décédées ont été retrouvées sur l’île de Saint Martin pour le moment, et aucune personne décédée n'a été retrouvée à ce stade sur l’île de Saint Barthélémy". il a fait observer que l'identification des corps était en cours. Il a aussi fait état d'une cinquantaine de blessés dont deux graves et un en urgence absolue. "Vingt-et-un d’entre eux sont déjà hospitalisés, de très nombreuses blessures légères conduisent ceux qui peuvent se déplacer vers les centres de secours", a-t-il encore énoncé.

Il a introduit son propos avec beaucoup de précautions cependant. Il a ainsi souligné qu'il disposait d'"éléments encore partiels, à analyser avec prudence et susceptibles d’évoluer au fur et à mesure des reconnaissances et de l’avancée des forces de secours sur les deux îles. Le bilan humain est encore incertain dans la mesure où des opérations de déblaiement sont en cours". 

Des dégâts matériels "considérables"

Le Premier ministre en est alors passé à la partie matérielle du drame. le bilan foncier semble particulièrement grave à Saint-Martin: "95% des habitations de Saint-Martin sont touchées et 60% sont inhabitables". La préfecture locale est en outre "détruite". Les panoramas insulaires qu'il a ensuite déployés sont très sombres: "L'électricité est coupée, l’eau potable est absente, l’essence indisponible. Les routes sont encombrées et souvent impraticables. Les communications électroniques sont très difficiles". 

Certaines infrastructures cependant ont tenu bon et contribuent déjà au redressement de la situation sur place: "A Saint-Martin, le port et l’aéroport sont opérationnels pour organiser des secours. Un avion s'est d'ailleurs posé ce matin sur la piste, c'est une bonne nouvelle. Les blocs opératoires du centre hospitalier peuvent désormais être utilisés. Pour Saint-Barthélémy, le fonctionnement de l’hôpital n'est pas altéré". 

Les dispositifs mis en place

  • Edouard Philippe a tout d'abord signalé qu'avant le passage d'Irma, l'Etat avait déjà renforcé son personnel dans ces îles: "Soixante militaires de la sécurité civile et des réserves d’eau et de nourriture avaient été envoyés. Quatre-vingts pompiers venus de Guadeloupe, Martinique et Guyane, avaient été prépositionnés avant le cyclone". 

Mais l'essentiel du propos a bien sûr été consacré à l'exposé des renforts et moyens que Saint-Martin et Saint-Barthélémy vont voir arriver à leur secours au plus vite: "400 gendarmes et 400 pompiers de la sécurité civile sont en train d’arriver sur les îles." il a aussi parlé des appareils navals mobilisés ou réquisitionnés, citant deux frégates, deux avions Falcon, un avion 340, quatre hélicoptères et sept navires civils. "S’agissant des moyens matériels réquisitionnés ou mobilisés ils sont à la hauteur des dégâts considérables", a-t-il posé. 

Les priorités du gouvernement

Le chef du gouvernement a dit et répété que la réponse de l'Etat s'inscrivait dans la durée et a dévoilé l'ordre des priorités que suivra l'administration pour réparer les localités sinistrées et contribuer à secourir les populations dans la détresse.

"Les priorités sont les suivantes: tout d'abord, des opérations de reconnaissance pour venir en aide aux populations et adapter nos réponses. Apporter un secours immédiat aux populations en leur acheminant eau et nourriture. Des milliers de bouteilles d’eau sont déjà sur site et une barge est en cours d’acheminement. Organiser les évacuations sanitaires en lien avec les centres hospitaliers de Guadeloupe et de Martinique où des lits y ont été installés. Assurer la sécurité et l’ordre public. Ce sera la mission des escadrons de gendarmerie mobile et du procureur de Basse-Terre qui arrivera sur zone dans l’heure qui vient. Rétablir l’électricité: plusieurs groupes électrogènes sont en préparation d’acheminement depuis la Guadeloupe et des groupes plus lourds partiront de l’Hexagone au plus tard dimanche prochain."

Rappelant qu'un autre ouragan menaçait de prendre la suite d'Irma, il l'a mis au nombre des difficultés que les services auront à affronter dans leurs missions: "L'ouragan José devrait être moins puissant mais intervenant après Irma, il peut rendre plus compliqué le déroulement des opérations". 

Edouard Philippe appelle à un élan national

Le Premier ministre a encore procédé à une annonce importante: "Dès demain, la déclaration de catastrophe naturelle sera signée, permettant des indemnisations plus rapides pour les particuliers et des dispositions spécifiques pour les assurances". 

Remerciant le dévouement et l'action des services dans les îles frappées de plein fouet, il a lancé qu'ils étaient "la traduction de la solidarité nationale et la fierté de la nation." Il s'est ensuite reporté sur les populations concernées par le drame où des familles sont endeuillées: "Nos compatriotes de Saint-Martin et de Saint-Barthélémy viennent de vivre un événement d’une violence sans précédent dans les Antilles. Beaucoup sont sous le choc d’avoir perdu leur toit, leurs biens, et bien plus encore, parfois dans l’angoisse d’être sans nouvelles de leurs proches".

  • Il a ensuite incité les Français à faire preuve de générosité en donnant à la Fondation de France dont il a rappelé le numéro: 08-00-500-100. 
Robin Verner