BFMTV

Ils feront 2017: la nouvelle conquête de Jacques Cheminade

A 74 ans, Jacques Cheminade est le doyen de la course à la présidentielle édition 2017. S'il parvient à réunir les 500 signatures nécessaires, ce "gaulliste de gauche" comme il aime se présenter, entamera sa troisième campagne présidentielle.

Le première fois de Jacques Cheminade, c'était en 1995, avec 0.28% des suffrages exprimés. La deuxième fois c'était en 2012 avec 0.25%. Soit environ 85.000 électeurs à chaque élection. Mais cette fois-ci est la bonne pour le doyen de la course à la présidentielle. 

"La première mesure que je prendrais si j'étais élu, ça serait réunir toutes les entreprises qui peuvent embaucher, et de voir en contrepartie tout ce qu'il faudrait faire pour qualifier la France et les Français pour cela" explique le candidat.

Né en Argentine, Jacques Cheminade a pourtant le parcours type du politicien qui réussit. D'abord HEC et une licence de droit avant de rejoindre les prestigieux bancs de l'ENA dans la promotion Jean Jaurès. Il entre au ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie en 1969.

Sectaire?

Et puis Jacques Cheminade s'égare. Lors d'un séjour un New-York, il rencontre Lyndon LaRouche, une rencontre qui sera déterminante pour lui. L'américain, président du parti U.S Labor souffre d'une réputation sulfureuse, il est considéré comme un proche de l'extrême droite qui dénonce un complot mondial.

"Il n'est pas du tout homophobe, il n'est pas du tout complotiste, il est quelqu'un qui dit ce qu'il pense" se justifie le candidat. 

Après sa première défaite à la présidentielle de 1995, Jacques Cheminade fonde son propre parti, "Solidarité et Progrès". S'il n'est pas reconnu comme sectaire, le parti a été épinglé en 2005 par la Miviludes (l'organisme de veille et de lutte contre les dérives sectaires) rappelle Le Monde.

Conquête spatiale

Pour cette troisième campagne présidentielle, Jacques Cheminade a des chevaux de bataille bien à lui. Il demande un retrait de l'euro, qui représente selon lui un "relais de la mondialisation financière".

Mais le grand projet de Jacques Cheminade, celui pour lequel il est connu du grand public, c'est la conquête spatiale. L’idée de «lancer des programmes pour la construction de transporteurs spatiaux de troisième génération et l’industrialisation de la Lune, plateforme future vers Mars et le reste du système solaire, pour raccourcir la durée future des trajets Terre-Mars et au-delà, développer la propulsion nucléaire», figure dans ses propositions pour 2017.

Une bataille plus rude qu'en 2012

Son adversaire à lui aussi, c'est le monde de la finance, et son slogan: "libérons-nous de l'occupation financière". Lors de la campagne de 2012, il avait déclaré à la presse que lorsqu'il serait président, il n'hésiterais à s'arroger les pleins pouvoirs pour combattre le monde de la finance. 

Cette année la bataille pour les 500 signatures des maires de France s'annonce plus rude pour Jacques Cheminade, le Conseil Constitutionnel ayant réformé le système de parrainage. En 2002 et 2007, ce "gaulliste de gauche" comme il aime se définir, avait dû abandonner ses rêves présidentiels, faute de signature...

Marine Henriot