BFMTV
Dossier

Jacques Cheminade

Régulièrement, il réapparaît à la surprise générale: Jacques Cheminade est candidat pour la troisième fois à l’élection présidentielle. A 74 ans, il est le doyen des candidats, et fondateur du parti Solidarité et progrès, épinglé par l’organisme de lutte contre les sectes Miviludes comme “jouant sur la fibre idéaliste et engagée des étudiants”. Il se décrit comme un “gaulliste de gauche” et défend notamment une sortie de l’euro et “un monde sans la City ni Wall Street”, du titre de l’un de ses livres. Inspiré de l’homme politique américain controversé Lyndon LaRouche, Jacques Cheminade s’est fait remarquer par ses propositions parfois iconoclastes. Ainsi, il veut lancer des programmes pour “l’industrialisation de la Lune” et en faire une “plateforme future vers Mars et le reste du système solaire.” Un objectif déjà défendu en 2012, qui figure à nouveau dans son programme de 2017. Aura-t-il suffisamment de parrainages pour mener sa campagne jusqu’au bout? Ca n’est pas certain. Jacques Cheminade a déjà dû renoncer à se présenter plusieurs fois faute de signatures.

Jacques Cheminade, fondateur du parti "Solidarité et Progrès", candidat à l'élection présidentielle, était l'invité de Nathalie Levy dans News & Compagnie sur BFMTV, le mercredi 19 avril 2017. - Avec les interventions de: Bruno Jeudy, éditorialiste politique BFMTV. Et Emmanuel Lechypre, éditorialiste BFM Business.

Autres dossiers

Six candidats de l'élection présidentielle 2017.

Election présidentielle 2017

L'élection présidentielle 2017 s'est déroulée les 23 avril et 7 mai 2017. Elle a permis aux Français de choisir un successeur à François Hollande, pour les cinq années suivantes. A l'issue du second tour, Emmanuel Macron a été élu président de la République avec 66,10% des voix, face à Marine Le Pen. Le premier tour de l'élection a opposé 11 candidats, qui ont pu confronter leurs idées et leurs programmes lors de deux débats télévisés. Les résultats du premier tour ont été très serrés, les quatre premiers candidats dépassant les 7 millions de voix (avec un taux de participation de 77,8%). En suffrages exprimés, Emmanuel Macron a recueilli 24%, Marine Le Pen 21,3%, François Fillon 20%, Jean-Luc Mélenchon 19,6%, Benoît Hamon 6,4%, Nicolas Dupont-Aignan 4,7%, Jean Lassalle 1,2% et Philippe Poutou 1,1%. Cette élection a été marquée par de multiples surprises, d'abord lors des primaires ouvertes des deux partis historiques : François Fillon a été désigné candidat pour Les Républicains, face au favori des sondages Alain Juppé, et Benoît Hamon a été désigné candidat du Parti socialiste, déjouant tous les pronostics qui donnaient Manuel Valls ou Arnaud Montebourg gagnants. Ensuite, le coup de tonnerre des affaires Fillon et la perte de vitesse de Hamon, laissant un boulevard au centre à l'ancien ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, à l'origine de son propre mouvement et soutenu par les défecteurs des deux partis, par François Bayrou (MoDem) et par de nombreux acteurs économiques. Enfin, le débat historique entre deux candidats auto-proclamés "anti-système" et la deuxième fois que l'extrême-droite était qualifiée pour le second tour, quinze après l'arrivée au second tour de Jean-Marie Le Pen, père de Marine Le Pen et fondateur du Front national (devenu Rassemblement national). Cinq ans plus tard, les premiers sondages prédisent un scénario similaire pour l'élection présidentielle de 2022, mais les données sont encore incomplètes et la situation de crise inédite.

Nicolas Sarkozy et François Hollande étaient, ex aequo, les "personnalités politiques" de l'année 2011 pour le Trombinoscope, annuaire du monde politique. /Photos d'archives/REUTERS

Election présidentielle 2012

L'élection présidentielle française de 2012 s'est tenue les 22 avril et 6 mai de la même année. A l'issue du second tour, François Hollande a été élu président de la République avec 51,6% des suffrages exprimés, battant ainsi le président sortant, Nicolas Sarkozy, élu en 2007. Au premier tour, Marine Le Pen a obtenu 17,9% des voix, Jean-Luc Mélenchon 11,1% et François Bayrou 9,1%. Cette élection a été marquée par la victoire d'un candidat désigné lors d'une primaire ouverte, organisée par le Parti socialiste. François Hollande avait été ainsi investi en octobre 2011 face à Martine Aubry. Fin 2012, tous les comptes de la campagne présidentielle sont validés, à l'exception de ceux de Nicolas Sarkozy, en raison des dépassements de dépenses. L'information judiciaire pour suspicion de financement illégal débouche sur l'affaire Bygmalion.