BFMTV

Hulot n'a pas voté pour Macron au 1er tour de la présidentielle

Nicolas Hulot et Emmanuel Macron le 6 juin 2017 à Paris.

Nicolas Hulot et Emmanuel Macron le 6 juin 2017 à Paris. - PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

Le ministre de la Transition énergétique, numéro 3 du gouvernement, avait choisi le candidat socialiste.

Opération vérité pour Nicolas Hulot ce mercredi. Invité de Franceinfo, le ministre de la Transition écologique qui a accepté de rejoindre l'équipe d'Emmanuel Macron après avoir débouté trois présidents successifs a révélé ne pas avoir voté pour le candidat d'En Marche au premier tour de la présidentielle.

"Je n’ai pas voté pour Emmanuel Macron au premier tour si je dois dire la vérité, parce que je souhaitais que sur mes sujets on densifie et on intensifie un peu l’ambition", a-t-il déclaré, interrogé sur la teneur de son bulletin de vote.

Une information qu'il n'avait jamais dévoilée jusque-là, mais qui prend son sens quand on connaît la suite de ses déclarations.

"Je ne l’ai pas dit. Pourquoi cacher les choses, à force de cacher les choses on finit par être suspect. J’ai voté Benoît Hamon au premier tour", a-t-il précisé.

"Trop tôt" pour dire s'il a fait "le bon choix" en rejoignant Macron

En amont de l'élection, Nicolas Hulot avait en effet regretté le peu de temps accordé à l'écologie dans les débats entre les candidats. Benoît Hamon, allié à Yannick Jadot d'Europe écologie-Les verts avait quant à lui fait de cette thématique l'un des grands axes de son programme. Au micro de Franceinfo, Nicolas Hulot a tout de même réaffirmé les raisons pour lesquelles il avait choisi de rallier Emmanuel Macron.

"Il y avait un préalable pour réformer ce pays, notamment sur les sujets que je porte, pour changer en profondeur les choses. Il fallait un peu casser cette démocratie de compétition".

"Je ne reste que tant que je crois que l'on peut, collectivement, changer les choses", a-t-il ajouté, précisant qu'il était "un peu tôt" pour dire s'il avait fait "le bon choix" en acceptant le poste de ministre.

Charlie Vandekerkhove