BFMTV

Hommage à la préfecture de police de Paris: Macron appelle à "faire bloc" contre "l'hydre islamiste"

Le chef de l'État a appelé "la nation tout entière" à "se mobiliser" face à "l'hydre islamiste", à former "une société de vigilance" dans laquelle "les idéologies mortifères" seront signalées.

"Vos collègues sont tombés sous les coups d'un islam dévoyé et porteur de mort qu'il nous revient d'éradiquer". Le président de la République Emmanuel Macron a rendu hommage ce mardi matin aux quatre fonctionnaires de la préfecture de police de Paris tués au couteau par un de leurs collègues radicalisé. Au cours de son discours, le président s'est attaqué à l'islamisme radical, et a demandé aux Français de faire de même.

"Ce n’est en aucun cas un combat contre une religion mais bien contre son dévoiement et ce qui conduit au terrorisme", a-t-il rapidement précisé. Le chef de l'Etat appelle à lutter contre "un islam dévoyé et porteur de mort qu'il nous revient d'éradiquer".

Emmanuel Macron souhaite une "société de vigilance"

"Je veux vous le dire avec force aujourd'hui, les institutions seules ne suffiront pas, l’administration seule et tous les services de l’État ne seraient venir à bout de l’hydre islamiste", a lancé le président français. "C’est la nation toute entière qui doit s’unir, se mobiliser, agir".

Emmanuel Macron a appelé à une "société de vigilance", demandant aux Français de repérer autour d'eux "les relâchements, les déviations, ces petits gestes qui signalent un éloignement avec les lois et les valeurs de la République (...) des petits riens qui deviennent de grandes tragédies".

Cette "vigilance", est demandée après un dysfonctionnement notoire relevé à la préfecture de police de Paris. Mickaël Harpon, l'assaillant qui a tué quatre personnes, avait été signalé à plusieurs reprises par ses collègues qui avaient noté sa radicalisation, mais aucune alerte officielle n'avait été lancée.

"Faisons bloc sans relâche contre l’islamisme"

"Faisons bloc sans relâche contre l’islamisme, contre ses idéologies mortifères qui ne reconnaissent ni nos lois, ni notre droit, ni notre façon de vivre", a lancé Emmanuel Macron. "Faisons bloc pour l’unité de la nation en sachant rassembler tous les Français quelle que soit leur confession, quelles que soit leurs convictions".

Le chef d'État a salué les familles des quatre fonctionnaires de police tués, avec lesquelles il devait s'entretenir à l'issue de la cérémonie: "Je m’incline au nom de toute la nation devant la douleur de la famille et des proches de ceux qui sont tombés. La République sera toujours à vos côtés".
Salomé Vincendon