BFMTV

Hollande sur TF1 : une "occasion ratée" pour Thierry Demaizière

Thierry Demaizière (à droite de François Hollande), lors de l'émission face aux Français sur TF1,

Thierry Demaizière (à droite de François Hollande), lors de l'émission face aux Français sur TF1, - Martin Bureau - AFP

Le journaliste de TF1 Thierry Demaizière a ouvert, jeudi soir, l'émission En direct avec les Français par une interview de François Hollande plutôt intimiste. Mais le chef d'Etat a gardé ses distances et le portraitiste de Sept à Huit en ressort déçu.

En direct avec les Français, avec François Hollande, a déçu la presse. Mais pas seulement. Le journaliste Thierry Demaizière, qui a ouvert l’émission, jeudi soir sur TF1, a estimé, sur BFMTV, que son interview du chef de l’Etat avait “un petit côté occasion ratée”.

Habitué des portraits et des faces-à-faces intimistes dans le magazine dominical Sept à Huit (TF1), le journaliste espérait amener François Hollande à s’épancher un peu plus sur ses sentiments personnels. Mais le Président a évité de se livrer. 

"C'était un match"

"Il (François Hollande) aurait pu parler de lui", a regretté l’interviewer. "Je n'étais pas dans l'intention d'aller dans l'intime, mais à l'endroit très précis, au millimètre près, entre sa fonction présidentielle et l'image de sa vie privée qui a quand même perturbé le début du quinquennat."

C'est la première fois que le journaliste, célèbre pour sa voix, apparaissait à l'écran. Dans une interview accordée au site MyTF1news, il affirme avoir "posé toutes les questions qu'[il] avait préparées en restant sur la ligne de crête qu'[il] [s]'était fixée", y compris sur l'épisode des photos à scooter, publiées dans Closer, le 10 janvier. Quitte à faire bafouiller le Président, dès le début de l'émission. 

Pourquoi François Hollande ne s'est-il pas plus confié? "Vu la souffrance en France, je pense qu'il a dû avoir peur de parler trop de lui", a analysé Thierry Demaizière, qui n'en est pas à sa première interview de François Hollande. Le journaliste est toutefois parvenu à le faire parler de Valérie Trierweiler et de son livre, Merci pour ce moment. "Il y a les douleurs et je les pardonne", a-t-il alors répondu, après avoir rappelé qu'il avait toujours été lui-même et qu'il ne voulait "pas être jugé pour les erreurs des autres". "On me reproche même de manger des frites. Mais quelle est cette conception? J'essaie de me tenir", a-t-il insisté. 

Thierry Demaizière, qui reconnaît sur TF1 que "le pudique" a malgré tout sur "prendre le dessus", reste déçu. "Je pensais qu'il dirait plus", précise-t-il avec regrets à la sortie de son interview. “C’était un match quand même, mais je l’ai fait un peu tout seul”.

Aude Deraedt