BFMTV

Valls sur Dieudonné: "il faut qu'il y ait une prise de conscience"

Manuel Valls a justifié mardi sa décision d'interdire les spectacles de Dieudonné M'Bala M'Bala.

Manuel Valls a justifié mardi sa décision d'interdire les spectacles de Dieudonné M'Bala M'Bala. - -

Le ministre de l'Intérieur a justifié mardi sa décision d'interdire les spectacles de Dieudonné M'Bala M'Bala.

"Face à ces mots, il fallait réagir". Manuel Valls est revenu mardi sur RTL sur la polémique autour des propos antisémites de Dieudonné M'Bala M'Bala, ainsi que sur sa décision de faire interdire ses spectacles.

Pour le ministre de l'Intérieur, "il ne s’agit pas d’une polémique: les mots utilisés sont des mots de haine. La liberté, ce n’est pas l’inverse de la loi. Face à ces mots, il fallait réagir. Je sais faire la différence entre les génies de l'humour", a déclaré le ministre, citant Pierre Desproges, et "les petits entrepreneurs de la haine".

"Je viens d’une famille d’artistes et je sais combien la liberté de création est précieuse, a poursuivi Manuel Valls. Mais là, il s’agit d’antisémitisme. Ce personnage doit payer les amendes, la justice doit aller jusqu’au bout."

Valls n'écarte pas l'idée d'une loi contre la quenelle

Quant à la proposition d'un député UDI de faire interdire le geste de la quenelle, le ministre n'est pas contre: il se dit "favorable à tout ce qui peut empêcher cette haine de se déverser, or ce geste est un geste de haine, antisémite. Tous ceux qui le font doivent savoir ce qu’ils font. L’obsession de ce personnage, c’est la haine du juif."

Parmi les personnalités photographiées en train de faire ce geste, le basketteur Tony Parker. Celui-ci s'est par ailleurs excusé lundi, et a promis de ne pas le refaire. "Je salue ce que Tony Parker a dit ces dernières heures car les sportifs représentent un exemple, par leurs parcours et leur performance. Quant à ceux qui apportent leur soutien à Dieudonné, comme Anelka par exemple, ils doivent savoir qu'ils apportent leur soutien à un raciste et à un antisémite."

A. K.