BFMTV

Une campagne du gouvernement pour informer les femmes sur le droit à l'avortement

Le gouvernement a lancé lundi une campagne d'information sur l'interruption volontaire de grossesse. Un clip vidéo, des affiches, et un numéro vert unique ont été prévus. Objectif: réaffirmer le droit à l'information sur l'avortement pour les femmes.

"Mon corps, mon choix, mon droit". Voilà le mot d'ordre de la campagne d'information sur l'Interruption volontaire de grossesse (IVG) lancée par le gouvernement ce lundi. Car quarante ans tout juste après la promulgation de la loi Veil dépénalisant l'avortement (le 17 janvier 1975), l'accès à l'information sur le sujet est parfois encore difficile pour les femmes.

C'est la raison pour laquelle Chloé, 29 ans, a accepté de poser pour la campagne, l'épaule ornée d'une calligraphie "IVG c'est mon droit". La jeune femme a avorté il y a deux ans et demi, et se réjouit de cette initiative.

"J'aurais bien aimé avoir un accès plus simple, en me disant que sur internet ou à tel numéro, on peut me donner des informations. Je saurais où aller, quels sont les délais exactement. Donc je pense que c'est vraiment utile."

Un numéro d'information unique

Jusqu'à présent, il existait de nombreux numéros de téléphone pour s'informer sur la question, différents selon les régions, ou les services. L'État a donc activé un numéro vert unique, le 0 800 08 11 11.

"Ce numéro fonctionnera six jours sur sept, a expliqué la ministre Marisol Touraine lors du lancement de la campagne. Il sera piloté par le Planning familial, et il doit permettre une information de proximité pour l’ensemble des femmes qui le souhaitent."

La ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des Femmes est particulièrement impliquée dans cette campagne de communication. Elle apparaît elle-même dans le clip, et a posé pour des photos le bras "tatoué" d'un des slogans. Pour faire connaître le numéro vert, des affiches sur lesquelles Chloé et d'autres femmes posent avec ces tatouages ont été distribuées chez les professionnels de santé et diffusés dans la presse écrite.

Contrer les anti-avortement

Il était urgent d'améliorer les moyens d'information sur l'IVG, selon Véronique Séhier, co-présidente du Planning familial.

"On a vraiment besoin, à la fois de renforcer les femmes sur le fait que c'est un droit et que c'est leur choix. Qu'elles se sentent vraiment légitimes par rapport à cet avortement, par rapport aux professionnels de santé, qui sont pour la plupart accueillants mais pour certains pas du tout par rapport à cette thématique là. Et d’autre part de bien expliquer les conditions d’avortement."

Les opposants à l'avortement sont en effet très actifs, notamment sur internet. Le site ivg.gouv.fr, refondé à l'occasion de cette campagne, avait d'ailleurs été créé pour contrer leur présence en ligne, et notamment les sites prétendant informer sur l'avortement tout en culpabilisant les femmes.
H. M. avec Margaux de Frouville et Julien Jacquet