BFMTV

Stéphane Le Foll: "On surveille, on est là pour protéger"

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement - BFMTV

Non, Alain Vidalies n'a "pas dit une bêtise", a tenu à mettre au clair Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, ministre de l'Agriculture, et invité ce mardi de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV.

Après l'attaque du Thalys par Ayoub El Khazzani qui faisait l'objet d'une fiche "S", Stéphane Le Foll a regretté que "sur le nombre de ceux qui sont fichés, qu'on surveille, il y en a malheureusement qui passent à l'action et qui échappent" au renseignement. En matière d'antiterrorisme, "il y a une coordination européenne, il faut la renforcer" "parce que c'est vrai que ces terroristes peuvent se déplacer en Europe" a rappelé le ministre qui a assuré: "On surveille, on est là pour protéger".

"Il faut être mobilisés tous les jours, coopérer à l'échelle européenne (...) et ne surtout pas rentrer dans des logiques consistant à se refermer en se disant qu'en cadenassant la France on va y arriver", a-t-il déclaré en réponse aux propositions de l'extrême-droite.

Revenant sur la polémique après les déclarations d'Alain Vidalies sur les contrôles discriminatoires, il a estimé que le secrétaire d'Etat n'avait "pas dit une bêtise" mais qu'"il n'y a pas à y avoir de discrimination". "Alain Vidalies a raison de vouloir renforcer les contrôles aléatoires", a précisé Stéphane Le Foll.

Après une crise des éleveurs sévère, et avant une manifestation prévue le 3 septembre, le ministre de l'Agriculture a tenu à rappeler qu'il s'engageait "à soutenir les agriculteurs et l'origine française" et qu'il était favorable à un étiquetage sur l'origine des viandes.

A. D.