BFMTV

Moirans: Valls dénonce des "violences inadmissibles"

Après les violences à Moirans, le Premier ministre a défendu une réponse "ferme" pour le "rétablissement de l'ordre républicain".

Après les violences à Moirans, le Premier ministre a défendu une réponse "ferme" pour le "rétablissement de l'ordre républicain". - Jonathan Nackstrand - AFP

Le gouvernement a voulu afficher sa fermeté face aux violences commises par des gens du voyage à Moirans mardi soir. L'opposition a, au contraire, fustigé l'action du gouvernement.

Manuel Valls a dénoncé mardi sur Twitter les "violences inadmissibles" commises à Moirans, en Isère, par des gens du voyage pour demander la sortie de prison d'un des leurs, et appelé à la "fermeté". "Face aux violences inadmissibles commises à Moirans, une seule réponse: la fermeté et le rétablissement de l'ordre républicain", a tweeté le Premier ministre.

Voies SNCF coupées, voitures en feu, saccages: des dizaines de gens du voyage ont provoqué de très violents incidents mardi soir à Moirans pour demander la sortie de prison de l'un d'entre eux afin d'assister à des obsèques. Une mutinerie était également en cours mardi soir au centre de détention d'Aiton, en Savoie, où est incarcéré le détenu en question.

"Des exactions inadmissibles"

Le ministre de l'Intérieur a également réagi dans la soirée dans un communiqué. Bernard Cazeneuve salue les forces de l'ordre intervenues sur place, dont "l'action déterminée a permis de rétablir l'ordre républicain et de mettre fin aux exactions inadmissibles" commises à Moirans.

Le ministre assure que "tous les individus impliqués (...) devront rendre compte de leurs actes". Bernard Cazeneuve souligne que de "tels comportements n'ont pas leur place dans la République". 

Christiane Taubira a de son côté dénoncé "des émeutes" "absolument intolérables". Pou la ministre de la Justice, ces violences "mettent en cause de façon inacceptable l'indépendance et la sérénité avec lesquelles les décisions de justice doivent être rendues", écrit-t-elle dans un communiqué.

L'opposition dénonce "l'impuissance" de l'Etat

Dans un communiqué du parti Les Républicains, Laurent Wauquiez s'inquiète des "scènes scandaleuses vues à Moirans" qui pour lui "illustrent une fois de trop le climat de chienlit dénoncé par Nicolas Sarkozy"."L'autorité de l'Etat est une fois encore bafouée, et le gouvernement impuissant à faire respecter l'ordre républicain", affirme le député de Haute-Loire. 

Pour Eric Ciotti, député Les Républicains des Alpes-Maritimes, l'incident de Moirans est la conséquence de "l'abandon par le gouvernement de l'autorité de l'Etat" notamment dans ce qu'il appelle la "jurisprudence" du blocage de l'A1. Fin août dans la Somme, des gens du voyage avaient bloqué l'autoroute à Roye et obtenu que l'un des leurs, incarcéré à Amiens puisse assister aux funérailles de son père.